Archives du mot-clé mouvement

Conférences TED

Il y a quelques années je vous expliquais pourquoi je raccommodais mes chaussettes. Cette fois je vous apprends comment ces travaux de couture m’enrichissent l’esprit : merci TED !

Un monde sans TED ?

Que ceux qui connaissent TED lèvent le doigt. Que ceux qui pensent à l’ours en peluche, subversif, fumeur et alcoolique, se ravisent. Ah, je ne vois plus beaucoup de doigts levés.

Et pourtant, googlez sur « ted » :  le site officiel www.ted.com arrive en tête des résultats. Comment êtes-vous passé à côté ?

TED signifie Technology, Entertainment and Design, et ça ne nous aide pas : tournons-nous vers Wikipedia :

La conférence TED définit sa mission comme « propagateur d’idées », et met gratuitement à la disposition du public les meilleures conférences sur son site Web. Les exposés couvrent un large éventail de sujets, tels que la science, les arts, la politique, les questions mondiales, l’architecture, la musique et plusieurs autres sphères de compétences. Les intervenants eux-mêmes sont d’une grande variété de disciplines.

Il s’agit donc de conférences, se distinguant généralement par :

  • un orateur sur une large scène (salle de cinéma, théâtre) ;
  • un exposé de 10 à 18 minutes ;
  • une captation professionnelle par plusieurs caméras ;
  • un logo TED ou TEDx sur la scène.
ExtraPaul au TED ? Quand je m’approcherai du but !

L’école qui tue en 60 langues

TED a été créé en 1984 par une fondation à but non lucratif aux Etats-Unis. Sa popularité vient de son catalogue de conférences accessibles gratuitement en ligne : quelques 2.400 vidéos, totalisant plus d’un milliard de vues.

Ainsi pouvons-nous voir Bono annonçant de bonnes nouvelles sur la pauvreté, Jane Goodall expliquant la cohabitation avec les animaux, ou JJ Abrams racontant sa boîte mystérieuse.

La majorité des exposés sont en anglais, mais beaucoup disposent de sous-titres. Voyez la vidéo la plus populaire : Do schools kill creatitivity ? (les écoles tuent-elles la créativité ?). Elle est sous-titrée en 60 langues !

Malgré tout, les conférences sous-titrées n’arrangent pas mon affaire…

Conférences X

Car les conférences TED sont parfaites pour occuper l’esprit pendant une tâche manuelle, comme de raccommoder ses chaussettes ! Pour autant que l’on n’ai pas besoin des sous-titres.

Mon anglais étant déplorable, je dois me passer des conférences anglo-saxonnes quand mes yeux se focalisent sur une aiguille !

C’est là qu’entrent en jeu les TEDx : des conférences indépendantes respectant la charte TED, organisées par des volontaires partout dans le monde, dans la langue locale. Il suffit de googler sur « tedx français » pour trouver les conférences dans notre langue. Cette même recherche dans YouTube vous donne un bon point de départ : lisez une première vidéo, et d’autres vous seront proposées ensuite.

Playlist chaussettes

J’ai créé dans mon compte YouTube une playlist pour y placer toutes les vidéos éveillant ma curiosité : elle s’appelle… « Chaussettes », évidemment. Je clique sur « Tout regarder », et les vidéos s’enfilent tandis que je tire sur le fil !

Regardez des conférences TED ouvre des horizons. Ne vous cantonnez pas aux seuls sujets qui vous intéressent : certains exposés vous mèneront à un point de vue inattendu. Pour vous en convaincre, regardez ces quelques conférences, ajoutées dernièrement dans ma liste.

Raccommodage pendant l’exposé de Céline Imart

Plongez donc dans les conférences TED, et si vous en trouvez une sur le raccommodage de chaussette, prévenez-moi !

Les conférences TED...

View Results

Loading ... Loading ...

COP21 : bougez votre Q

COP21, c’est bientôt et pas loin : mobilisons-nous !

Oui mais pas en pédalant

COP21, c’est la conférence de Paris sur le climat. Soit la « 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 » qui « doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C » (cop21.gouv.fr).

Comprendre les enjeux de la COP21 en dix chiffres

Ce grand rassemblement des Nations Unies sera accompagné d’une multitudes d’événements, de rassemblements et d’initiatives de la société civile, formant une sorte de contre-COP21.

Bref, Paris en cette fin d’année, ce sera « the place to be » pour les acteurs d’un changement de société.

Et dans le calendrier bien fourni des mobilisations, il y aura la « marche pour le climat », le 29 novembre. Elle aura lieu dans plusieurs villes du monde, mais les Belges ont l’occasion d’aller à celle de Paris grâce au mouvement Climate Express, soutenu par WWF Belgique avec sa campagne Road to Paris. Le défis ? Mobiliser dix mille d’entre nous, les organisateurs apportant un soutien logistique : nous irons en train, en bus… ou à vélo !

Vous l’aurez deviné : je suis inscrit !

Mais je n’y vais pas à vélo.

Mon message aux Bangladais

Quand on parle de mesures à prendre pour diminuer notre impact sur le climat, on pense principalement aux énergies. Or, l’énergie, c’est le fondement de notre civilisation… moderne.

Alors c’est vrai, appartenant au clan le plus pollueur de la planète, et pas vraiment dérangé par une hausse des températures, aller manifester au COP21 est aussi crédible qu’un fumeur supportant le Télévie.

Histoire de voir où j’en suis, j’évalue mon empreinte écologique sur footprintnetwork.org : le site pose des questions précises et tient compte du pays habité (il n’y a pas la Belgique alors je pointe le Luxembourg). Eh bien, malgré quelques efforts, c’est pas terrible !

Il n'y a pas assez de planètes pour vivre comme ExtraPaul
Il n’y a pas assez de planètes pour vivre comme ExtraPaul

Avec ça, je vais donc me déplacer de 320 kilomètres (en bus) pour m’insurger : que vais-je dire à un habitant du Bangladesh ?

Eh bien je lui expliquerais qu’à moins de sacrifier ma vie sociale ou de changer de pays, il m’est difficile de descendre en dessous d’un certain seuil de consommation. Mais cela ne m’empêche pas de m’insurger contre cette machine à accumuler les richesses qu’est notre économie, empêchant toute solution globale, grippant les discussions autour d’un avenir commun, sacrifiant la biosphère sur l’autel du gain.

Je poursuis et signe : le réchauffement climatique, c’est la surchauffe d’une économie qui n’a que la consommation pour produire de la richesse.

Ce 29 novembre, je me joins donc aux associations et ONG de tous bords pour dire que je n’aime pas ça et que je veux voir des décisions courageuses prises par les dirigeants.

On peut toujours rêver.

La campagne du WWF, avec mon chien
La campagne du WWF, avec mon chien

Mobilisons-nous pour le réchauffement climatique...

View Results

Loading ... Loading ...

Lettre ouverte aux femmes

On a beau lutter, se révolter, s’indigner : notre monde n’a pas l’aire de beaucoup changer. Et si l’explication était ailleurs ? Dans un excès de masculin ? Un livre nous l’explique, et montre la voie d’un cheminement intérieur.

Le féminin pour éviter le mur

Vincent Commenne, souvenez-vous, est l’initiateur des Créatifs Culturels en Belgique. Un mouvement auquel je m’identifie et que je soutiens avec fierté.

L’étude qui a révélé l’existence de ces « créateurs de culture » a aussi montré que deux tiers d’entre eux sont des femmes. Ceci expliquant sans doute cela, les « valeurs féminines » ont donc une grande place dans le mouvement des Créatifs Culturels.

Mais qu’entend-on par les valeurs ou notions de Féminin, et a contrario Masculin ? Aucunement une distinction homme/femme. Mais bien des valeurs, des comportements que l’on retrouve plus dans un sexe que dans l’autre. Par exemple, pour le masculin on a la rapidité, la volonté, l’objectivité, la stabilité, l’action, l’individualisme, la compétition. Et l’émotionnel, l’intuition, l’écoute, la sensibilité, la profondeur, la coopération pour le féminin.

Pour l’auteur, les qualités féminines constituent la voie pour éviter que le monde « aille droit dans le mur ».

Explications…

Défaillance masculine

« Tout le confort matériel dont nous jouissons vient du principe Masculin. Merci à lui. » (p. 14)

C’est en effet au Masculin que l’on doit le monde dans lequel on vit. Mais ce monde laisse trop peu de place au féminin. Et maintenant la machine s’emballe : « le Masculin laissé à lui-même n’a pas dans sa nature de prendre soin des autres, de se soucier des parties prenantes que sont le personnel, les clients, les fournisseurs, l’environnement… Il est plus dans sa nature de les utiliser pour ses objectifs propres. Et c’est la raison pour laquelle […] on se retrouve tête-bêche : l’humain au service de l’économie qui est au service de la finance. » (p. 16)

Ce « système » est combattu par une multitude de mouvements. Mais chacun bataille dans son coin, pour sa propre cause, n’engrangeant que de petites victoires isolées. La multitude et la complexité de notre société empêchent un changement global par ces voies militantes.

Pourtant, il existe un « trait commun » à ces maux que nous combattons. Et quand on le comprend, une solution, simple, émerge : « nos problèmes (collectifs et individuels) sont dus à un excès de Masculin, les solutions déjà en route sont enracinées dans le Féminin et celles qui attendent d’émerger encore davantage. » (p. 14)

Invasion of the saucer-men edited
Encore pire qu’un monde dominé par le Masculin : celui envahit par des extra-terrestres… mâles !

Homme version 2.0

Le sous-titre du livre, « Le monde et les hommes ont besoin de vous », prend dès lors tout son sens.

Si l’auteur en appelle aux femmes pour « renverser la vapeur », il invite aussi les hommes à mettre du féminin dans leur manière d’être. Et ce sont les femmes qui contribueront à les faire advenir.

« Les hommes que les femmes ont commencé à rechercher ne sont plus ceux qui ont construit cette société mais ceux qui pourront évoluer avec elles. » (p. 43)

Un des chemins pour y parvenir est… la sexualité. L’auteur y consacre un bon chapitre, considérant que « la sexualité peut devenir, aux côtés d’autres ressources, un levier pour l’évolution de la société. » (p. 49). Car cet espace d’intimité, la plus profonde chez nous, est dominé par le masculin. Voilà donc un terrain particulier où la femme peut mettre l’homme sur la voie du féminin, en même temps qu’elle peut s’épanouir et trouver une puissance pour peser sur le monde.

Des cercles pour ne plus tourner en rond

« Le monde a besoin d’hommes qui se conduisent avec lui comme vous voudriez que le vôtre se conduise avec vous. Pour atteindre cela, c’est vous qui allez faire la différence. » (p. 2)

Voilà l’appel fait aux femmes. Pour « freiner le Masculin, favoriser l’émergence du Féminin », le livre donne de nombreux conseils et exemples, en plus d’être interactif (il renvoie à des vidéos, laisse une page à compléter par le lecteur concernant ses facteurs de stress, et se complète par un site web).

Le monde a besoin de femmes (et d'hommes) qui lisent ce livre
Le monde a besoin de femmes (et d’hommes) qui lisent ce livre

Mais l’auteur propose aussi un accompagnement, avec la mise en place de Cercles de femmes. Et, agissant au travers des Créatifs Culturels en Belgique, il donne le coup d’envoi avec un cycle d’ateliers.

« Je serais probablement encore un cadre surpayé par sa multinationale si je n’avais rencontré le Féminin lors de la première aventure intérieure que je me suis donné à vivre, celle qui fut fondatrice de mon chemin d’homme. » (p. 83) Vincent Commenne a ouvert la voie, il l’explique et il est prêt à nous accompagner : il ne reste plus qu’à le suivre.

« Lettre ouvertes aux femmes », Vincent Commenne, 97 pages, auto-édité

"Le féminin est l'avenir du genre humain" (p. 59)

View Results

Loading ... Loading ...