Archives du mot-clé dette

Made in Germany

L’Allemagne, locomotive de l’Europe, se veut un modèle à suivre. Mais les autres pays peuvent-ils vraiment appliquer les recettes germaniques ? Ce livre nous éclaire sur le modèle allemand, pour ne pas dire qu’il le démystifie.

Sur les traces du Japon

À l’heure où les allemands se positionnent en grand donneur de leçons, voici un livre qui vient à point. Sous-titré « Le modèle allemand au-delà des mythes » , Guillaume Duval, rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques (qui a travaillé pour l’industrie allemande), nous brosse le portrait de notre voisin. Il veut tordre le cou aux idées reçues.

Car le succès du « modèle allemand » ne repose pas sur les politiques menées par Schröder puis Merkel, et les dirigeants des autres pays, la France en tête, auraient tort de croire qu’il suffirait de prendre quelques décisions pour obtenir la même réussite économique.

D’ailleurs, la thèse de l’auteur est que le chancelier Schröder a « plutôt fragilisé à terme l’économie et la société allemandes en permettant que s’y répandent la pauvreté et les inégalités et en freinant la modernisation de ses infrastructures collectives. » (p. 9)

Et attention à ne pas être aveuglé par ce succès. La fête risque d’être bientôt finie : « Les Allemands gagneraient sans doute à méditer davantage sur les déboires des Japonais qui paraissaient eux aussi promis à un bel avenir à la fin des années 1980… » (p. 214)

Alors, quelle est le secret de cette soit-disant réussite allemande ?

Un modèle qui date d’hier

L’histoire de l’Allemagne l’a menée à des particularités structurelles qui sont actuellement des avantages économiques. En voici quelques-unes :

  • Contrairement à la France où tous les pouvoirs et les richesses sont centralisés dans la métropole, l’Allemagne est décentralisée : le capital humain, culturel et financier est assez équitablement réparti sur le territoire. Cela donne une proximité entre les services et sous-traitants, tout en allégeant les coûts d’infrastructure pour le transport.
  • Alors que la France compte 75 universités françaises créées dans les années 60 ou 70, la plupart des 103 universités allemandes remonte au haut Moyen Âge, dans les villes où elles sont implantées. De plus son système éducatif est moins fondé sur la concurrence permanente et la sélection par l’échec.
  • La gouvernance des sociétés est moins autoritaire et hiérarchique, on ne pense pas qu’aux actionnaires. L’implication des travailleurs y est plus forte : ils prennent part aux décisions, et il n’y a pas de barrière pour arriver aux plus hauts postes. En France, le management est élitiste : « Le PDG tout-puissant : handicap majeur de l’industrie française » (p. 43)
  • Alors que la Révolution française a banni les corporations, celles-ci sont encore bien présentes en Allemagne, avec un effet bénéfique : au sein d’une même activité, elles organisent les liens sociaux, définissent les salaires, fixent les prix, partagent les techniques. Ce sont des économies d’échelle pour les entreprises, en plus de les lier entre elles plutôt que de les mettre en concurrence.
  • Les valeurs chrétiennes sont encore bien ancrées dans la société allemande, n’encourageant pas la femme à travailler. Elle doit choisir entre un travail mal payé (tout bénéfice pour l’industrie) ou rester au foyer pour s’occuper des enfants (tout bénéfice pour l’État qui consacre peu d’argent à l’accueil des jeunes).
  • Conséquence du point précédent, et renforcé par une conscience écologique plus forte qu’ailleurs, le taux de natalité est en baisse. Avec peu de jeunes à nourrir, éduquer et loger, la charge de la population inactive (comprenant aussi les plus de 65 ans) reste légère, tandis que, faute de demande, le marché immobilier reste accessible.
L'automobile haut de gamme, un de pilier de l'économie allemande
L’automobile haut de gamme, un des piliers de l’économie allemande

Détricotage annoncé

Grâce à la spécialisation de son industrie, principalement les biens d’équipement et les automobiles haut de gamme, l’Allemagne est largement exportatrice et a pu profiter de la baisse de l’euro comme de l’expansion du marché des pays émergents.

On comprend maintenant pourquoi le modèle allemand ne peut pas être simplement copié-collé dans un d’autres pays – mais certains enseignements peuvent en être tirés.

De même, l’Allemagne n’a pas de leçon à donner à ces partenaires européens ! « S’il était encore besoin de démontrer que l’hypothèse de l’homo oeconomicus rationnel, chère à la théorie économique néoclassique, est une fiction qui n’a (malheureusement) rien à voir avec le comportement profondément irrationnel des acteurs économiques réels, l’attitude de l’opinion publique allemande et du gouvernement d’Angela Merkel dans la crise de la zone euro en fournirait un exemple des plus éclairants. » (p. 193)

Non, l’Allemagne ne montre pas la solution à la crise de la zone euro. Et avec sa dénatalité, ses investissements dans des produits spéculatifs (y compris des prêts à la Grèce) plutôt que dans les infrastructures matérielles, avec ses bas salaires, et l’appauvrissement programmé des futurs retraités, la société allemande risque de se détricoter.

Bon vent

Pour l’auteur, il faut chercher des solutions ailleurs : « l’économie européenne ne sortira durablement de sa crise actuelle que si elle est capable, ici et maintenant, d’accélérer sa conversion écologique et la transition énergétique malgré les graves difficultés qu’elle rencontre en matière de finances publiques. » (p. 219)

Voilà un discours que j’aime bien, que j’ai déjà entendu ou lu de nombreuses fois. Et pas forcément de la bouche d’écologistes endurcis.

Et si l’Allemagne n’est pas le si bon élève de l’Europe que l’on croyait, elle montre l’exemple en ce qui concerne le défis des énergies de demain. Son industrie a déjà une longueur d’avance dans ce domaine, sa politique va déjà en ce sens.

Je referme donc ce livre en gardant une certaine admiration pour ce pays. Tout n’est pas bon à prendre. Mais sa fibre écologique, son leadership dans les nouvelles énergies et le management de ses sociétés me séduisent.

Et vous, que pensez-vous de ce puissant voisin ?

« Made in Germany » par Guillaume Duval, 231 pages, Seuil

Votre opinion sur l'Allemagne... (plusieurs choix possibles)

View Results

Loading ... Loading ...

Kiva : faites du microcrédit

Que peut-on faire avec 20 euros ? Acheter le dernier Musso, se payer un moules-frites sans le verre de vin blanc, s’offrir une demi chaussure ou… prêter cet argent à des gens qui en ont bien besoin.

Pour une poignée de dollars

20 euros, en réalité 25 dollars, c’est la somme minimum que Kiva vous propose de mettre sur la table pour devenir un acteur du microcrédit. Cette ONG californienne, créée en 2005, a eu la bonne idée suivante : permettre aux internautes du monde entier de prêter leur argent à des gens démunis, répartis dans 77 pays.

Le système est simple :

  1. Vous vous inscrivez sur Kiva.
  2. Vous alimentez un compte par transfert PayPal (qui ne prend pas de commission).
  3. Vous choisissez la ou les personnes (les « borrowers ») à qui vous prêtez votre argent.
  4. Ces personnes vous remboursent mensuellement suivant leurs moyens (l’argent revient sur votre compte Kiva).
  5. Quand vous avez regagné un peu de fonds, vous recommencez le point 3…

Comment fonctionne Kiva ? (en anglais)

Une autre richesse

Comprenez bien, ceci n’est pas un investissement : il n’y a pas de taux d’intérêt sur le remboursement. Qui plus est, votre argent a une tendance à fondre, car Kiva vous propose de verser un petit pourcentage sur chaque prêt, pour les frais de fonctionnement de l’organisation.

Il y a en plus un petit risque de non-remboursement, le taux de remboursement étant de 98,87 %. En fait, les prêts passent par une agence locale de microcrédit : elle est détaillée dans la fiche de projet de chaque emprunteur.

Bref, il s’agit d’un geste philanthropique, qui donne beaucoup d’utilité à notre argent. Et ne croyez pas que ce système n’intéresse que quelques idéalistes : nous sommes 1.210.249 à être dans Kiva ! Les sommes en jeu atteignent presque 600 millions de dollars, ce qui a permis à l’organisation de faire plus de 700.000 prêts.

Voyons maintenant qui sont les emprunteurs.

Salvarby, Jimy Jesus, Moudi et Sinan ont besoin de votre argent

Quand vous arrivez sur le site de Kiva, vous êtes accueilli par une mosaïque de photos : des gens en attente d’un prêt. Mais ce n’est que le sommet de l’iceberg : ils sont plus de 3.000 personnes (dont les deux tiers sont des femmes) à proposer un projet demandant un prêt de 125 à 10.000 dollars (la moyenne étant de $ 418.32).

Il ne vous reste plus qu’à choisir à qui vous voulez prêter par tranche de $ 25, et le site vous propose de multiples moyens de trouver vos coups de cœur : la liste des projets se trie et se filtre sur de multiples critères, comme le domaine d’activité (agriculture, construction, éducation…), des attributs (Faire Trade, zones de conflit, jeunesse…), le pays, homme ou femme, etc.

Alors, entre Salvarby du Tadjikistan qui a besoin de vêtements d’enfant pour son magasin, Jimy Jesus du Pérou qui doit construire une clôture, Moudi du Zimbabwe qui aimerait acheter des poules, et Sinan du Cambodge qui veut une motocyclette pour faire taxi, les besoins sont multiples et variés.

Et parfois peuvent heurter nos principes.

Des smartphones pour les enfants

Car nos choix sont dictés par nos valeurs, sans doute en décalage avec la réalité du terrain.

Par exemple, je ne prête pas à des agriculteurs empruntant pour des fertilisants et insecticides : c’est à l’encontre d’une certaine agriculture que je défends. Mais est-ce juste ? Ma fois, il faut bien que je trouve des critères de sélection.

Mais que penser de Mohammed du Yemen qui veut acheter deux mobiles Galaxy à ses enfants, ou Tsetsegmaa de Mongolie qui recherche $ 1.100 pour une télévision LCD ? À force de voir des demandes de prêts pour des choses essentielles, on a du mal à accepter de tels projets. Mais il y a matière à débattre : on est bien mal loti pour prétendre qu’un crédit ne pourrait pas servir à de tels achats.

Et puis, l’essentiel n’est-il pas que notre argent serve à améliorer la vie des gens ?

Plus de 3.000 "borrowers" vous attendent
Plus de 3.000 « borrowers » vous attendent

You’ve received a repayment on a loan !

À mon souhait « J’aimerais que mon argent soit utile », Kiva y répond parfaitement. Il suffit de voir le temps que met un débiteur à nous rembourser pour se rendre compte de la fortune que nous avons. Que Surhrobjon, du Tadjikistan, me rembourse en un mois ce que je dépense pour un café, n’est-ce pas indécent ?

Avec une petite somme, celle de votre prochain moules-frites, vous pouvez enchaîner les prêts et aider des dizaines de personnes dans le monde…

… voire des milliers, comme ZX81, de Bruxelles : inscrit depuis le 22 janvier 2007, il en est à 118.082 prêts ! Qui dit mieux ?

L'organisation Kiva...

View Results

Loading ... Loading ...

Comment l’Islande a vaincu la crise

Avec la crise bancaire de 2008, l’Islande a pris des mesures à contre-courant des « bonnes pratiques » économiques. Est-ce à exemple à suivre ? Un livre nous aide à y voir plus clair…

Le pays des légendes

Pascal Riché, journaliste et co-fondateur de Rue89.com (éditeur de ce livre), est allé sur place pour recueillir des témoignages de premières mains : son petit livre « Comment l’Islande a vaincu la crise » nous replonge au cœur de la tourmente, et nous donne un autre regard sur une sortie de crise par quelques bonnes décisions, pas toujours aussi héroïques qu’on aimerait le croire…

Tout commence avec un pays moderne, « libre et rebelle », premier en I.D.H. en 2007…

L'Islande s'en sort à coups de casseroles
L’Islande s’en sort à coups de casseroles

Un pays hedge fund

La finance est alors totalement dérégulée, sous l’impulsion d’un gouvernement pris de passion pour les théories du néo-libéralisme : des banques de taille mondiale voient le jour. Le pays, bénéficiant d’une excellente cotation, peut emprunter en devises étrangères à tour de bras. Les islandais vivent à crédit et consomment sans compter. C’est tellement simple : un prêt peut être contracté par le simple envoi d’un SMS !

En 2008, les banques islandaises pèsent 10 fois le PIB du pays : c’est une bulle qui n’attend qu’une épingle… Qui vient avec la chute de la banque Lehman Brothers, le 15 septembre 2008.

Que Dieu sauve l’Islande

On doit cette phrase au premier ministre, clôturant ainsi son message adressé à la population. Car l’Islande bascule dans le gouffre : c’est la 3ème plus grosse faillite financière de l’histoire !

Le gouvernement décide alors de laisser les banques à leur sort : « Nous avons décidé de ne pas socialiser les pertes de ces banques. C’était des banques privées et personne n’a jamais promis que le gouvernement couvrirait leurs pertes. » (p. 33, Geir Haarde, 1er ministre). Cela restera dans l’histoire comme un acte de bravoure, mais en fait, le pays aurait été bien incapable de sauver ses banques démesurées !

Entre parenthèses, ce haut fait d’arme est souvent pris en exemple par les détracteurs du sauvetage de nos banques. Mais la situation n’est pas la même : en Islande celles-ci étaient détachées de l’économie réelle du pays, tandis que chez nous elles y sont intégrées…

Taper des casseroles

Revenons à notre feuilleton, et quel feuilleton !

Dans un pays de 319.000 habitants, tout le monde a un lien avec tout le monde, et cela donne une dynamique unique. Alors quand tout va mal, on se retrouve à taper des casseroles devant le Parlement, mettant les politiques en ébullition !

Parmi toutes les actions prises, la légende retiendra que les Islandais ont fait refaire la  Constitution par les citoyens, qu’ils ont mis les banquiers en prison, et qu’ils n’ont pas remboursé l’argent des investisseurs étrangers. Modérons ces trois points :

  1. La constitution était vieille et mal-aimée : elle avait bien besoin d’un lifting, crise financière ou pas. Quant à mettre cette mission dans les mains de 25 citoyens, il s’agissait avant tout d’une manœuvre politique, un compromis dans une bataille de partis. Et tout ça n’accouchera que d’un projet de constitution, à adopter par le parlement, qui est toujours là…
  2. Oui, une traque aux « banksters » fut lancée… Mais au bout du compte seuls un homme politique et deux financiers furent poursuivis. Les autres ont repris leurs affaires, et le pire qui leur arrivent est de se faire arroser : certains bars ont mis leurs photos dans les urinoirs !
  3. Les Britanniques et les Néerlandais, principaux créditeurs, sont déjà remboursés au deux tiers par la liquidation d’une des trois banques en faillite : tout ne va pas si mal pour eux.
(c) Olivier Morin (AFP Photos)
© Olivier Morin (AFP Photos)

L’admiration de Paul et Joe

Il n’empêche, la gestion de la crise islandaise fut exemplaire, et même le FMI, réputé pour ses sévères plans d’austérité, est intervenu avec modération, ce qui suscita l’admiration de Joe Stiglitz, prix Nobel d’économie.

Quant à Paul Krugman, autre même prix, il écrivit dans le New York Times : « Une chose amusante est arrivée sur le chemin à l’Armageddon économique : le désespoir complet de l’Islande a rendu l’approche orthodoxe impossible, rendant au pays la liberté de briser les règles ».

La leçon du bébé pays

Le livre de Pascal Riché se lit d’une traite, et se termine en ayant le sentiment d’avoir vécu les événements comme si on y était. Mais l’aventure n’est pas terminée et se poursuit dans l’actualité…

En tout cas, ce « bébé pays » (il s’est libéré de la couronne Danoise il y a une cinquantaine d’années) nous donne une belle leçon : « Les Islandais nous ont aussi appris qu’il ne faut pas craindre de prendre des risques pour sortir de l’ornière. Ils ont en tout cas démontré qu’ils avaient, outre un petit grain de folie, un courage énorme. » (p.138)

« Comment l’Islande a vaincu la crise » par Pascal Riché, 140 pages, Rue89

L’État islandais ne paiera pas les dettes contractées à l’étranger par les aventuriers ou les banques qui ont manqué de prudence (David Oddsson, gouverneur de la Banque Centrale)

View Results

Loading ... Loading ...