Archives du mot-clé État

Lettre à Charles

Les nouvelles de Panama

Perd-t-on tout sens moral et éthique quand on devient riche ? Ou devient-on riche par ce que justement on n’a aucune de ces valeurs humaines ?

A défaut d’avoir une réponse, je me contenterai de m’indigner.

Car ce que révèlent les « Panama Papers » , publiés dans les journaux du monde entier ce lundi 4 avril 2016, nous montrent encore une fois le cynisme des gens fortunés, qu’ils soient hommes de pouvoir, dirigeants d’entreprise, sportifs ou artistes.

Certes tous les riches ne sont pas à prendre en défaut.

Peut-être.

Car même si le scandale repose sur le chiffre énorme de 11,5 millions de documents pour plus de 214 000 sociétés offshore, il ne concerne… qu’un seul cabinet d’avocats !

Alors, que faire ?

Écrire à Charles, pardi !

Mobilou à la manifestation de Tout Autre Chose
Mobilou à la manifestation de Tout Autre Chose

Envoyons un journal à Charles Michel

Pour montrer son indignation, exprimer sa rage ou évacuer ses idées noires, le mouvement Tout Autre Chose propose d’envoyer une lettre à Charles Michel, contenant un article de journal parlant des Panama Papers, éventuellement accompagné d’une lettre.

Les sceptiques diront que ça ne sert à rien, tout sera lu par un sous-fifre, voir jeté à la poubelle (la jaune j’espère !). Et qu’il serait préférable de descendre dans la rue, comme c’est déjà le cas en Islande.

Moi je dis : à chacun sa façon de protester, et écrire à Charles, ça me va bien !

J’ai donc acheté Le Soir de ce mercredi, et après sa lecture, qui n’a pas amélioré mon humeur, bien au contraire (mention spéciale pour les entourloupes de la société « durable » Durabilis), je soigne ma prose pour le premier homme du pays.

Une vraie lettre à l'ancienne, dans une enveloppe avec un timbre. Non, ce n'est pas une lettre d'amour !
Une lettre écrite à la main, dans une enveloppe avec un timbre. Non, ce n’est pas une lettre d’amour !

Ma lettre à Charles

Mr le premier ministre ;

Sans fisc, il n’y a pas d’État. Et sans État, il ne restera que la « main invisible » de l’économie pour réguler le monde. Ce en quoi je ne crois pas.

Pourtant, tous les signes sont là pour indiquer que le monde va vers une telle société, au service de l’économie et non à celui de l’Homme.

L’affaire des Panama Papers est une nouvelle preuve exaspérante que l’argent mène à des pratiques éthiquement inacceptables à défaut d’être hors la lois. Ces révélations montrent le cynisme des gens de pouvoir, et sont désespérantes dans une société déjà sous tension.

La Belgique est un petit pays, mais qui s’entend de loin. Dès lors je n’attends plus de ses dirigeants qu’ils s’indignent, discourent et prennent des mesures sans suite. Mais bien qu’ils se montrent leaders dans la chasse à l’évasion fiscale, et initiateurs d’une Europe sans complicité avec ce système.

Je considère l’évasion fiscale comme la pire menace sur notre société. Et tandis que les signes d’appauvrissement du pays sont là, je me refuse à penser « c’était mieux avant ». Mais pour combien de temps encore ?…

Paul Barbieux
Un citoyen exaspéré

Envoyons un journal à Charles Michel

View Results

Loading ... Loading ...

On marche sur la dette

Nos ancêtres avaient peur que le ciel leur tombe sur la tête. Aujourd’hui, c’est la dette qui nous fait peur. Et pourtant, on peut marcher dessus : « Vous allez enfin tout comprendre » , nous promet ce livre.

Dédramatisons

« Nous aussi, la dette, on avait l’impression de ne rien y comprendre avant d’écrire ce livre. Il ne fallait pas compter sur les experts en expertises pour nous éclairer. »

Christophe Alévêque est comédien, humoriste, et Vincent Glenn est réalisateur de documentaires sur des sujets de société : aucun n’a vraiment le profil pour nous expliquer la dette. Et pourtant : « Nous avons donc décidé d’arrêter définitivement d’être cons et de devenir économistes » .

Ça promet ! Pour un ouvrage rigoureux et objectif sur l’argent et la dette, il faudra aller voir ailleurs. Pour le plaisir de lire, rigoler un peu et beaucoup sourire – et en apprendre un peu plus sur cette foutue dette, quand même – c’est le livre idéal. Mais on ne prendra pas tout ce qui est écrit… pour argent comptant !

En 16 petits chapitres (« Sommes-nous en crise ? », « Mais qu’est-ce qu’une dette ? », « À qui doit-on cet argent ? », « Qu’est-ce qu’on va laisser à enfants ? », etc.), nos deux compères nous rendent moins ignorants, mais aussi moins effrayés par cette dette colossale, qui n’est pas le signe d’une mauvaise santé économique.

Car quel est le pays le plus endetté au monde ? Les États-Unis. Et quel est le pays le plus puissant au monde ? Les États-Unis !

Quel est le pays le plus endetté au monde, déjà ?
Quel est le pays le plus endetté au monde, déjà ?

Arrêtons d’effrayer les bébés

« Tous les États sont toujours endettés en permanence parce qu’ils empruntent pour investir dans la santé, l’éducation, la recherche, dans des produits qui vont produire de la richesse. » (p. 30)

La dette fait peur car elle est énorme. Mais relativisons. « La France, avec toutes ses activités, génère 2.000 milliards d’euros de valeurs économiques par an. C’est pratiquement le montant de sa dette. » (p. 59) Ramené à notre personne, c’est comme si nous gagnions 2.000 euros par mois, et que nous étions endettés de 24.000 euros, soit notre salaire annuel. Et l’État a un avantage supplémentaire sur nous : il est immortel !

Alors, quand on dit que chaque enfant naît avec une dette de 30.000 euros, c’est ignorer qu’il hérite des avoirs de l’État : des hôpitaux, des écoles, des piscines, des routes, des châteaux, Brigitte Bardot et Mireille Mathieu. Cela fait 429.000 euros par ménage français, pour un patrimoine évalué à 11.939 milliards d’euros. « À côté, notre dette souveraine ressemble plus à un minou qu’à un gros loup. » (p. 79)

Et c’est sans compter le patrimoine des entreprises, soit 1.600 milliards pour les sociétés non financières et 700 milliards pour les sociétés financières.

« Le bébé français nait riche endetté, mais sept fois plus riche qu’endetté. Et comme on ne prête qu’aux riches… » (p. 81)

Mais hélas tout n’est pas rose…

Annuler tout

« S’il n’y avait que la dette tout court, chers contribuables, nous n’aurions pas écrit ce livre. » (p. 83)

Car chaque année la France doit rembourser quelque 50 milliards d’euros (chiffre de 2014). Ce qui représente les deux tiers de l’impôt sur le revenu. « On sait maintenant où passent nos impôts : dans la tirelire de nos heureux créanciers. »

Et il n’est pas question d’arrêter de payer : car alors, on ne nous prêterait plus !

Mais il peut y avoir une porte de sortie : quand la dette devient trop lourde. Ou qu’elle est illégitime : le débiteur a mal été informé, ou l’emprunt n’a pas bénéficié au service de la population. On a ainsi déjà assisté à l’annulation totale ou partielle d’une dette pour l’Allemagne (1953), la Pologne (1991), l’Irak (2003), l’Équateur (2008), l’Islande (2011) et l’Irlande (2013).

Jouer à cache cash

Mais au fait, à qui doit-on cet argent ? « Étonnamment, c’est une question qui n’est pas très médiatique. […] Nous devons… aux banques et euh… » (p. 89)

Nous avons emprunté, mais on ne sait pas à qui. Pourquoi ? « Parce qu’on n’a pas le droit de savoir. L’identification nominative des détenteurs de créances sur l’État français est interdite. Elle est bien bonne, celle-là ! » (p. 91)

Mais imaginons que nous arrêtions de payer nos dettes : qui arriverait en premier au bureau des réclamations ? Eux : les banques, les assurances et les fonds spéculatifs. Agissant pour deux tiers de créanciers non résidents, au travers des paradis fiscaux, ces institutions jouent à « cache cash ».

Rassuré par le médiocre

Si vous n’avez jamais rien lu sur l’économie, et qu’en apprendre un peu en vous amusant vous tente, lisez ce livre. Car parler de la dette, c’est aussi évoquer tout ce qui tourne autour. Et nos deux auteurs prennent beaucoup de malin plaisir à nous expliquer notre monde économique.

Je ne résiste pas à vous faire partager quelques phrases, juste pour le plaisir :

  • « La masse monétaire est aussi fiable qu’une pilule du lendemain prise la veille. » (p. 47)
  • « Vous aussi faites l’expérience chez vous : prenez une Bible et remplacez Dieu par Marché. Vous verrez, ça marche. » (p. 156)
  • « La BCE est devenue tellement indépendante qu’elle n’a de compte à rendre à personne, enfin… pas à nous en tout cas. » (p. 111)
  • « Imaginez Gérard, qui décide tout à coup de faire une BA : il veut augmenter le PIB de son quartier. Il lui suffit de crever les pneus de toutes les voitures de votre rue ; […] assurances, dépenses de garagiste, frais d’hôpital s’il se fait choper. Bref, un geste débile peut doper l’économie […] » (p. 74)

Et voici un dernier extrait, en guise de conclusion :

« En fait, rumeurs et prévisions économiques procèdent sur le même mode. En s’attendant au pire, on est rassuré par le médiocre […] » (p. 160)

« On marche sur la dette », Christophe Alévêque et Vincent Glenn, 175 pages, Éditions de la Martinière

Ce questionnaire est proposé par les auteurs : cochez une des cases suivantes...

View Results

Loading ... Loading ...

Lanceurs d’alerte, les mauvaises consciences de nos démocraties

« Il risque leur vie pour protéger la nôtre » nous annonce le bandeau rouge du livre. Qui ça ? Le lanceur d’alerte…

Les mauvaises consciences

« Le lanceur d’alerte est une personne témoin, dans son activité professionnelle, d’actes illicites ou dangereux pour autrui et qui, par civisme, décide d’alerter les autorités ayant pouvoir d’y mettre fin. » (p. 21)

Certains d’entre eux sont célèbres, et vous connaissez peut-être leur histoire en ayant vu les films Les Hommes du président, Le Mystère Silkwood, The Insider, Erin Brockovich, The Informant, et tant d’autres.

La plupart de ces « héros malgré eux » ont dénoncé des scandales sanitaires. Mais l’actualité a fait apparaître des lanceurs d’alerte impliqués dans les sphères obscures du pouvoir. C’est à ces gens-là que Florence Hartman, journaliste (11 ans au journal Le Monde) et spécialiste du conflit des Balkans, s’est intéressée en écrivant son livre « Lanceurs d’Alerte » , sous-titré « Les mauvaises consciences de nos démocraties » .

Ayant elle-même tenu ce rôle (elle a dénoncé un accord entre la Serbie et le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie), elle connait la pression et les persécutions que peuvent subir les lanceurs d’alerte.

Julian Assange (Wikileaks) aime les lanceurs d'alerte
Julian Assange (Wikileaks) aime les lanceurs d’alerte

États-Stasi d’Amérique

S’il y a eu des améliorations dans la législation visant à protéger les lanceurs d’alerte, la situation est devenue dangereuse pour ceux qui dénoncent certaines pratiques de leur gouvernement. « Les législateurs ne reconnaissent […] parmi les lanceurs d’alerte que ceux qui contribuent à protéger l’État contre les préjudices qu’il subit tandis qu’ils ignorent ceux qui voudraient protéger la société contre les abus éventuels de l’État. » (p. 48)

Il n’en était pas ainsi il y a quelques dizaines d’années, à l’époque où Daniel Ellsberg fournissait à la presse un rapport de quelque 7.000 pages révélant les mensonges du gouvernement autour de la guerre au Vietnam. C’étaient les « papiers du Pentagone » qui, en 1971, lui valut la fin d’une carrière prometteuse dans l’administration américaine, ainsi qu’un procès, heureusement avorté avec l’arrivée du Watergate.

Malgré ces aléas, notre homme a pu devenir une personnalité publique, sur tous les fronts concernant les combats pacifistes. Aujourd’hui, il est libre de circuler dans son pays, qu’il qualifie pourtant de « États-Stasi d’Amérique ».

C’est une chance que n’a pas un de ses disciples : Edward Snowden. Il faut dire qu’il a fait fort, et son histoire est digne d’un film : Oliver Stone s’en occupe déjà ! Je vous la résume…

Seul contre Big Brother

« Le contrôle du citoyen sur l’action publique est un des éléments essentiels de la vie démocratique. » (p. 58)

Voilà bien un rôle qu’a parfaitement tenu Edward Snowden, même si son pays le considèrent comme un traître.

En 2006, ses talents en informatique permettent au jeune Snowden d’entrer à la CIA, pour s’occuper du réseau informatique. Il découvre alors l’ampleur des surveillances sur le territoire des États-Unis comme à l’étranger, arbitraires et sans cadre juridique. Et démentant le discours rassurant de son gouvernement. Snowden a en tête ce maxime de Benjamin Franklin : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre, et finit par perdre les deux. » Il espère que l’arrivée d’Obama mettra un terme à ces surveillances et ne l’obligera pas à agir contre son administration pour soulager sa conscience.

Mais rien ne change, et Snowden va préparer son acte « avec la patience et la précision de l’horloger et beaucoup de sang froid » . Il intègre la NSA en 2009, puis réussit à se faire muter en 2012 à Hawaii, où la sécurité anti-fuites est absente. Fin 2012, il passe à l’action en cherchant le journaliste de confiance qui l’écoutera. Ce sera la cinéaste Laura Poitras, qui prépare justement un film sur les pratiques supposées des agences de renseignements. Elle est rejointe par les journalistes Barton Gellman et Glenn Greenwald à qui Snowden remet une documentation structurée et imparable de 58.000 pages.

En juin 2013, tout éclate dans la presse, et le monde apprend qu’il est sur écoute. Même leurs dirigeants ! Téléphones portables, emails, réseaux sociaux (plateformes de jeux !) : la NSA enregistre tout, largement en dehors de la sphère terroriste. Et avec la complicité de grandes sociétés de communications ou du web, ou d’accords secrets avec nos agences gouvernementales.

Aujourd’hui, Snowden est en exil. Il n’a que 31 ans mais a déjà sacrifié sa vie, pour que notre monde ne ressemble pas à l’Océania !

Extrait exclusif (Le Monde, 17/02/2015) de Citizen Four, le documentaire de Laura Poitras

Les fruits pourris

Hartman nous raconte encore d’autres destins. Espérons que l’histoire oubliera que l’on qualifiait ces donneurs d’alerte de « fruits pourris de la démocratie » . En attendant, leur conviction les a mené à des procès peu équitables, parfois la prison, voire la mort pour le dernier.

  • Bradley Manning, analyste militaire, fait parvenir à Wikileaks une vidéo montrant une bavure d’un raid aérien en 2007 à Bagdad, ainsi que des centaines de milliers de documents dans le but de dénoncer les mensonges autour de la guerre en Irak, ou de révéler la politique étrangère des États-Unis.
  • Mordechai Vanunu, technicien nucléaire israélien, révèle en 1986 le programme d’armes nucléaires de son pays. À l’époque Israël se veut pourfendeur de la prolifération nucléaire dans la région !
  • Olivier Thérondel travaille chez Tracfin (traque des circuits financiers clandestins) : il dénonce en 2013 les actions bienveillantes de la part de son administration vis-à-vis du ministre Cahuzac, alors en pleine tourmente.
  • David Kelly, expert en armes biologiques et missionnés 37 fois en Irak, dénonce en 2003 le remaniement du dossier des services secrets anglais sur la menace irakienne, remanié dans le but de justifier une intervention militaire avec les États-Unis. C’est finalement son décès suspect qui mettra à mal son gouvernement.

Le dernier fusible

« L’histoire nous a […] enseigné que la démocratie est beaucoup plus menacée par l’obéissance de ses citoyens que par leur indiscipline. » (p. 59)

Et ces histoires-ci nous apprennent que dénoncer des dysfonctionnements de notre société est un sacrifice, sans garantie de l’effet escompté ou de sa reconnaissance.

Le lanceur d’alerte est pourtant le « dernier fusible de l’État de droit » . Alors en l’absence d’un cadre juridique solide pour le protéger, terminons par un conseil : le seul moyen de diffuser une alerte anonyme est de passer par une rédaction. « Dans ce cas, le lanceur d’alerte bénéficie alors de l’anonymat réservé aux sources protégées des journalistes, lesquels assument la responsabilité publique des informations qui leur ont été confiées. » (p. 320)

À bon entendeur…

Obama, prix Nobel de la paix !
Prix Nobel de quoi déjà ?

« Lanceurs d’alerte », Florence Hartman, 334 pages, Don Quichotte

"Le secret de la vie privée et la transparence de la vie publique sont deux des fondements de la démocratie, l'inverse des exceptions." (p. 209)

View Results

Loading ... Loading ...