Archives du mot-clé spéculation

Penser l’économie autrement

Deux économistes, l’un plutôt de gauche, l’autre plutôt libéral, s’entretiennent sur l’avenir de l’économie. Cela nous donne un livre où le fossé n’est pas si grand entre ces deux grands esprits.

L’un l’a vu venir, pas l’autre

Ce livre est le résultat de longues heures d’entretien entre Paul Jorion, économiste anthropologue ayant vécu, voire annoncé, la crise des subprimes, et Bruno Colmant, financier ayant présidé la bourse belge.

Jorion et Colmant ne jouent pas l'un contre l'autre (c) Le Soir
Jorion et Colmant ne jouent pas l’un contre l’autre © Le Soir

Voilà donc encore un choc des idées, un échange d’arguments, pour mettre à mal certaines idées, ou bien les renforcer. Pour autant, ne croyez pas qu’il existe un gouffre entre les opinions de ces deux hommes. Si Jorion n’a pas changé son point de vue très critique sur l’économie, Colmant, lui, a amorcé une remise en question. « La crise de 2008 a été un choc salutaire, existentiel. Elle a révélé chez moi un déficit de valeurs de solidarité et de partage. Je pense maintenant qu’il y a plus de bonheur dans la solidarité que dans la rigueur. Et que la question sociale doit être résolue avant la question monétaire. » (p. 229)

La discussion est animée par Marc Lambrechts, chroniqueur économique et financier au journal l’Echo. Il introduit les sujets et pose les questions, donnant une certaine structure au livre. Voici les thèmes :

  • Quel modèle économique choisir ?
  • Le piège de la dette publique
  • Quelle banque centrale pour l’Europe ?
  • Spéculation et Bourse, des dérives à combattre
  • Travail et emplois : quelles solutions ?
  • La finance de demain
  • Quel rôle pour les économistes ?
  • Quand Friedman rencontre Keynes

Il est difficile de résumer l’ouvrage, tant il est dense. Et je dois aussi avouer que j’ai été plus réceptif à certains sujets, comme celui sur le travail…

Une idée révolutionnaire

Existe-t-il une solution au chômage ? Un job pour tous est-il encore possible ?

« Oui« , répond Colmant. Les gens doivent être mieux préparés aux mutations technologiques. Et, en prenant comme exemple l’économie des États-Unis, les hommes et les capitaux doivent être plus mobiles, il faut une prise de conscience sur la responsabilité liée à la liberté individuelle. « Les Européens attendent plus de la collectivité. Ils ont choisi un modèle social plus redistributif et solidaire. C’est un choix sage, mais qui est probablement associé à une moindre capacité d’initiative et entrepreneuriat individuel, lui-même corrélé à une moindre croissance. » (p. 124) Et la croissance est nécessaire : elle est corrélée avec la liberté individuelle. « […] seul un régime autoritaire et égalitaire permettrait d’ordonnancer une économie sans croissance. » (p. 129)

« Soyons réalistes« , répond Jorion. Les emplois qui disparaissent sont remplacés par des machines et des logiciels. Il n’y a pas de raison que cette tendance s’inverse, tant les avantages financiers existent.

Pourtant, cette tendance va dans le sens de cette vieille utopie où l’homme rêvait d’avoir tout son temps au loisir, tandis que les machines travaillent pour lui. Cette société serait possible si on suit la proposition de Sismondi (ceux qui connaissent Paul Jorion savent combien il aime défendre l’idée de ce philosophe économiste du XIXè) : un ouvrier remplacé par une machine percevrait une rente ponctionnée sur la richesse qu’apporte cette machine. Les gains de productivité seraient donc versés aux (anciens) travailleurs en plus des patrons et actionnaires.

« C’est effectivement assez révolutionnaire » répond Colmant.

De bonne humeur le matin

« Nous sommes ici au point central de notre message » ajoute Colmant. « Par la robotisation et les gains de productivité, le rendement du capital est supérieur aux taux de croissance de l’économie, ce qui signifie que la partie travail est inéluctablement en voie de précarisation. […] accumuler du capital est bien plus aisé grâce au capital que grâce au travail. […] Il y a un effet de capture de la richesse. S’il y a un élément de flottement social qui doit émerger, c’est de là qu’il proviendra. » (p. 145)

L’allocation universelle serait-elle un solution ? Oui, temporairement, répond Jorion : c’est un moyen adéquat pour entretenir la consommation, moteur de l’économie. « Mais c’est un pis-aller tant qu’une véritable prise de conscience de la nature du problème n’a pas eu lieu. » (p. 134) Cette prise de conscience porte sur la remise en état de notre planète et l’utilisation de nos ressources de manière durable. Nous devons entamer une transition qui va générer de très nombreux emplois, « le genre de travail qui met de bonne humeur lorsqu’on se lève le matin. » (p. 134)

Le travail a-t-il encore un avenir dans notre économie ?
Le travail a-t-il encore un avenir dans notre économie ?

Où sont les philosophes ?

J’ai été plus sensible aux arguments de Jorion, peut-être en raison de son langage très didactique. Ou parce que je suis plus réceptif à ses arguments, remettant en question le capitalisme.

Tandis que Colmant, défendant des pratiques impopulaires comme la spéculation, ou justifiant ce que nous prenons pour des dysfonctionnements (« Plus j’y réfléchis, plus je crois que les bulles [spéculatives] n’existent pas.« , p. 169), est obligé de donner des détails techniques, peu compréhensibles pour les non-initiés comme moi.

Néanmoins, ces deux têtes pensantes ont pas mal de points de convergences : cela a quelque chose de rassurant. D’autant qu’il s’agit de deux personnalités très médiatiques (Colmant intervient souvent dans les journaux télévisés, tandis qu’il n’est pas rare de voir Jorion dans des débats sur les chaînes françaises), qu’on espère écoutés et influents.

En tout cas, la solution viendra plus d’une bonne gouvernance plutôt que de la « main invisible » du libéralisme. Quelqu’un a dit un jour, nous explique Jorion, que l’humanité ne verra pas la fin de ses maux tant que ce ne seraient pas les philosophes qui aient accès à l’État, ou que celui-ci soit devenu philosophe. Hélas, « […] ceux qui dirigent aujourd’hui les États ne sont pas devenus philosophes, mais banquiers. » (p. 249)

« Penser l’économie autrement », Jorion, Colman et Lambrechts, 250 pages, Fayard

À propos de la spéculation, avec quelle réponse vous sentez-vous en accord ?

View Results

Loading ... Loading ...

Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles

Les économistes nous prennent-ils pour des imbéciles ? Ce petit livre veut nous en convaincre. Et il le fait bien !

Oncle Bernard

Bernard Maris n’est plus. Si je vous dis qu’il écrivait pour Charlie Hebdo, vous devinez ce qui lui est arrivé !

Comme je l’avais alors écrit, un de ces ouvrages prenait la poussière dans ma bibliothèque : datant de 1999, il s’était fait doublé par des écrits plus récents, dans l’urgence de l’actualité.

Il faut dire aussi qu’avec un tel titre, je m’attendais à un pamphlet et non à une œuvre délivrant son sage enseignement.

Et c’est bien le cas.

Ma fois, c’est une petite récréation qui fait du bien. Car « Oncle Bernard » a le verbe épique et n’y va pas de main morte. Professeur d’économie et journalistes pour Le Monde, Marianne, Le Nouvel Observateur entre autres, notre homme connaît la matière, et une telle critique de sa discipline ne doit pas passer pour une simple saute d’humeur. En lisant ses paroles, on change son regard sur l’économie. Si ce n’était pas déjà fait !

Un vaste bordel

« […] il n’y a pas de théorie du libéralisme, de la concurrence, de l’efficacité, […] tous ces mots – libéralisme, concurrence, efficacité – relèvent de l’idéologie la plus plate et de l’utopie la plus totalitaire, aussi totalitaire que furent les utopies socialistes et staliniennes ! » (p. 41)

Depuis la révolution industrielle, les économistes n’ont eut de cesse d’imaginer des théories, la plupart poussant à aller vers plus de libéralisme, grâce auquel on atteindrait un équilibre des marchés, une harmonie entre les couches sociales, bref, une société enfin parfaite et sans guerre. Cet équilibre viendrait de lui-même, par la somme des comportements des individus « égoïstes » et « indépendants » constituant l’offre et la demande. C’est « la main  invisible », déjà suggérée par Adam Smith au XVIIIè siècle.

Sauf que l’offre et la demande ne conduisent pas les individus à un comportement rationnel ! Nous ne sommes pas dans « un monde d’égoïstes primaires, d’ahuris, débiles, […] occupés à regarder leur nombril et leurs dilemmes coûts-avantages, n’ayant aucune finesse, intelligence, psychologie, émotion, […] ne cherchant jamais à savoir ce que pensent les autres, ignorant tout […] » (p. 23)

Keynes, Sonnenschein, Walrasn Debreu, Arrow, Lipsey et Lancaster, Nash sont autant d’économistes ayant mis à mal l’intuition d’Adam Smith, celle-ci devenue un dogme défendue par Hayek, Hicks, Friedman et compagnie, qui croient en un équilibre naturel des marchés, qu’il faut laisser sans entrave.

« Si les mots marché et loi de l’offre et de la demande ont un sens, ils signifient bizarreries, aberrations, déséquilibre, indétermination, destruction, pagaille, capharnaüm. Bordel. Le marché est un vaste bordel ! » (p .25).

Un court portrait de Bernard Maris par teletoulouse-wizdeo

La réalité est fausse

« Pourquoi l’Économie, Science, avec ses fastes, ses Nobel et ses pompes, est-elle la seule qui soit autorisée à raconter les plus invraisemblables fantasmagories ? » (p. 15)

Les économistes sont des savants qui pratiquent la science à l’envers. Ils théorisent mais ne découvrent rien. « L’économie est cette discipline où on ne sait pas de quoi on parle, ni si ce qu’on dit est vrai. » (p. 38)

Et quand une crise survient, ils ont juste un sourire crispé : il leur manquait une variable. Pire, ils deviennent intégristes, comme Stiegler : « Ce n’est pas la science économique qui est fausse, c’est la réalité. »

Et dire que la plupart est récompensée par un prix Nobel d’économie (l’auteur n’explique pas qu’il s’agit en fait d’un prix de la Banque de Suède et non de la Fondation Nobel).

Leur nullité crasse

Parmi les nobélisés, on trouve Merton et Scholes, qui ont « étalé devant le monde entier leur nullité crasse. »

Ces génies de la finance « avaient bricolé une martingale, une formule, permettant de déterminer à l’avance le prix des options. » (p. 65). Dans les années 90 ils deviennent les têtes pensantes de LTCM (Long Term Capital Management), qui attire les grandes banques et les courtiers. Leur succès est phénoménal. Avec moins de 3 milliards de dollars, ils en arrivent à brasser l’équivalent du PIB français : 1.250 milliards.

Jusqu’à ce que tout s’effondre, ébranlant toute la finance internationale. C’était en 97, quelques mois après leur prix Nobel !

« Merton et Scholes ont, comme tous les économistes, véhiculé la vieille idée de la transparence du marché, le mythe de la prévision parfaite, l’idéologie, encore plus radicale que celle du petit Jésus, de l’absence de risque et d’incertain. Bref, Merton et Scholes ont véhiculé le mythe du risque nul. Sur un marché spéculatif, on ne se lassera pas de répéter, c’est assez génial. Ça valait bien un Nobel. » (p. 68)

Pas de mains

« Dans la vie, il y a ceux qui prennent le risque de se salir, ceux qui se lavent les mains, et ceux qui n’en ont pas. Les économistes n’en ont pas. Pardon, ils ont la main invisible. » (p. 42)

Cette critique des économistes est sévère, mais comment ne pas leur en vouloir ? L’économie, c’est la mécanique du monde, tout simplement. Et son carburant semble bien être l’argent. Mais il y a l’homme pour gripper la machine, ce qu’oublient ces chers .

En fait non, pas tous. hélas ceux-là sont rarement entendus par les décideurs !

Mais cela pourrait changer : nous le verrons bientôt, avec un autre livre…

Keynes aurait apprécié ce livre
Keynes aurait apprécié ce livre

« Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles », Bernard Maris, 142 pages, Seuil

"[...] une phrase comme le marché est efficace est une foutaise." (p. 21)

View Results

Loading ... Loading ...

Misère de la pensée économique

Non, décidément, la science économique n’est pas une science exacte. C’est même une imposture ! Et un homme est bien placé pour nous l’expliquer…

Inside job

Greenspan s'excuse : il n'a pas lu "Misère de la pensée économique"
Greenspan s’excuse : il n’a pas lu « Misère de la pensée économique »

Quand on connait le parcours de Paul Jorion, on se dit qu’il serait difficile de trouver un auteur mieux placé pour nous parler de la société libérale et de ce qui ne tourne pas rond. Jugez plutôt : au départ anthropologue, chercheur en sciences sociales, mais aussi mathématicien, il a enseigné dans les universités de Bruxelles (il est bruxellois), de Paris… de Cambridge et de Californie. Il fut fonctionnaire aux Nations Unies, et j’arrête là le parcours pour directement sauter à sa carrière financière : à partir de 1998, après avoir été trader, il devient expert en formation des prix, et se fait engager dans quelques grosses banques américaines, celles-là même occupées à faire gonfler la bulle des subprimes !

Autant dire que la crise, il la voyait arriver, et il n’a pas manqué de l’annoncer au travers de quelques livres (sa hiérarchie faisant la sourde oreille), dont le plus remarquable fut « Vers la crise du capitalisme américain », qui a mis quatre ans pour trouver un éditeur, et qui sortit… quelques semaines avant la crise de 2008 !

Voici quelques échantillons tirés des « Misères… » de Jorion, et j’ai dû me freiner pour ne pas y ajouter mon propre sarcasme…

Il y a de l’eau dans le gaz

L’économie politique aurait dû guider notre monde, mais voilà, ça ne va pas vraiment dans le sens du libéralisme pur jus. Alors, quand les physiciens sont venus à l’économie avec leurs formules sous le bras, le facteur humain est passé à la trappe, et elle est devenue une science qui serait « exacte ». Au point d’en recevoir des prix Nobel qui n’en sont pas réellement : Alfred doit se retourner sans sa tombe !

Par exemple, il existe le modèle Black & Scholes, inspiré d’une théorie sur la diffusion des gaz. Ce modèle financier est une référence : enseigné dans toutes les universités, utilisé dans les banques comme dans les salles de marché. Et pourtant, il ne correspond pas à la réalité, il est faux. Mais il fonctionne quand-même… tant que la finance se porte bien… et que tout le monde l’utilise !

Voilà donc un bel aveuglement de la finance : le monde économique s’accommode de modèles approximatifs car, comme tout le monde les utilise, on ne prend pas moins de risque que son voisin. Mais quand la machine s’emballe, tout s’écroule comme un château de cartes. Et aucun économiste ne voit rien venir !

Pour autant, il ne faut surtout pas réglementer, au contraire…

Un monde sans l’article 421

La finance actuelle est une magnifique machine à concentrer la richesse. Et l’informatique dans les places boursières n’y est pas pour rien : il permet de générer des bénéfices sur la spéculation, et ces gains sont ponctionnés sur la véritable économie, celle qui nous fait vivre. Au final c’est le travailleur qui perd, avec une baisse du pouvoir d’achat, donc une diminution de la consommation, donc des industries qui diminuent sous peine de surproduction : c’est l’économie qui se grippe !

Or, sachez qu’au XIXème siècle existait l’article 421 du Code pénal français, interdisant de parier sur les prix à la baisse ou à la hausse. Mais sous la pression du milieu des affaires, « le législateur a fini par plier, les conséquences en sont devenues visibles tout au long du XXe siècle, et nous sommes aujourd’hui les victimes des ultimes aboutissements de cette autorisation donnée à la spéculation. » (p. 90)

Pour autant (bis), il ne faut surtout pas réglementer, au contraire…

La main invisible fait faux bond

C’est la théorie de la « main invisible » qu’avancent nos économistes pour justifier la totale liberté des marchés, sans intervention de l’État, « évoquant l’idée que des actions guidées uniquement par l’intérêt personnel de chacun peuvent contribuer à la richesse et au bien-être de tous » (Wikipedia). Appliqué à l’économie précisément, il existerait donc « une main invisible guidant l’économie vers le plus grand bien-être de la communauté dans son ensemble, et ce en dépit des comportements égoïstes des hommes et des femmes dont les agissements combinés constituent l’activité économique » (p. 161).

L’idée est d’Adam Smith, exposé dans son livre « La richesse des nations », en 1776. Enfin, disons qu’il en a parlé trois fois dans une œuvre dont ce n’est pas le thème principal, que ce concept est sujet à interprétation, et que notre philosophe Écossais est devenu bien malgré lui le père d’un fondement économique… qui fait faux bond ! Car en 2008, les comportements égoïstes ne se sont pas neutralisés, mais se sont cumulés, entraînant la chute du système. Dans la crise des subprimes, la cupidité des dirigeants de banques comme Goldman Sachs les a entraîné à parier sur l’effondrement du système, un comportement hautement condamnable, contre lequel la main invisible ne sait rien faire…

Et c’est ainsi qu’on a vu Alan Greenspan, grand timonier de la dé-régularisation, répondre d’un air penaud devant la Commission du Congrès Américain en 2010 :  » J’ai dû constater une erreur dans le modèle qui me semblait être le schéma fonctionnel essentiel définissant la manière dont opère le monde. »

Arrêter la concentration

Le titre du livre de Paul Jorion aurait pu faire croire à un pamphlet, mais sa connaissance du milieu, son bagage multidisciplinaire et son esprit cartésien nous obligent à le prendre au sérieux, et à déconsidérer la science économique. Son livre est dense, mélange aussi bien les mésaventures de l’économie que les expériences personnelles, et explique les grandes théories (pas toujours faciles à comprendre) : la formation des prix, la valeur, la propriété privée, la dette, la rente, etc. Sans oublier une pincée de philosophie, bien nécessaire pour prendre un peu de hauteur et songer à notre avenir.

L’auteur termine en proposant des réformes qui devraient arrêter la concentration des richesses – car finalement, voilà bien le principal mal de toute cette machine économique. Je vous en livre quelques-unes :

  • Valoriser les salaires plutôt que de favoriser l’accès au crédit.
  • Interdire la spéculation.
  • Interdire la communication avec les paradis fiscaux.
  • Établir les cours en bourse par fixing journalier (le cours ne peut varier qu’une fois par jour).
  • Définir l’actionnaire d’une société comme créancier et non comme propriétaire.

Voilà qui me paraît plein de bons sens…

« Misère de la pensée économique » par Paul Jorion, 213 pages, Fayard

Cette science économique, c'est une misère, mais on peut aussi en rire !
Cette science économique, c’est une misère, mais on peut aussi en rire !

(en économie) "le capitalisme est présenté comme le couronnement de la culture produite par la créature parfaite qu’est l’homme, grâce à la plus admirable de ses qualités : la raison." (p. 121)

View Results

Loading ... Loading ...