Gaz de schiste : vraie ou fausse opportunité ?

Le bassin parisien en regorge. De quoi ? Du gaz de schiste ! Et voici un petit livre qui nous aide à savoir si ça vaut la peine de creuser sous la Tour Eiffel.

Il y du gaz dans l’eau

C’est ma deuxième chronique de cette collection « Le choc des idées » qui, pour rappel, donne deux points de vues sur un débat de société.

Cette fois, on s’attaque à un sujet brûlant. Brûlant comme le feu sortant du robinet, dans Gasland, ce documentaire qui a frappé les esprits.

Dont le mien. Mais plutôt que de se forger une opinion sur base de ce genre de film (la faute à Michael Moore), écoutons Jean Ropers, qui a travaillé chez Total, et qui est devenu président du Groupement des entreprises parapétrolières : il va nous dire que le gaz de schiste est une voie pour l’indépendance énergétique. Mais il sera contredit par Muriel Bodin, docteur en droit public et conférencière sur le gaz de schiste : cette opportunité n’est qu’un leurre, et les États-Unis découvriront bientôt le désastre sanitaire de cette exploitation.

Mais qu’est-ce que le gaz de schiste, au fait ? Et pourquoi tout ce débat ? Voyez cette petite vidéo qui vous résumera tout ça. Je vous retrouve dans 1 minute 40…

Un document de l’AFP

Une fracture pour une bonne facture

« Les enjeux de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et leurs conséquences en termes d’indépendance énergétique, de réduction de la facture énergétique, d’emplois et d’industrialisation du pays pourraient être très importants. » nous explique Jean Ropers.

D’après l’Agence internationale de l’énergie, la France, avec la Pologne, concentre la plus grande réserve d’hydrocarbures de roche-mère en Europe. Mais le gouvernement de François Hollande a décidé d’interdire toute exploitation avant plus d’études scientifiques. C’est dommage : l’industrie française, forte déjà d’une expertise à l’étranger, risque d’être perdante sur ses voisins.

Certes, si les États-Unis ont pu améliorer leur économie grâce aux gaz de schiste, la situation n’est pas la même dans nos pays : la densité de population y est plus forte, la conscience environnementale plus développée, et le droit au sous-sol différent (il appartient à l’État, et non aux particuliers qui peuvent en tirer profit).

Ce sont les dégâts environnementaux qui inquiètent le plus la population. Mais, même si des expériences malheureuses existent, les industriels font tout pour améliorer les conditions d’exploitation, et les techniques évoluent constamment.

Il faut savoir que :

  • La fracturation hydraulique a lieu bien en dessous des nappes phréatiques.
  • Si beaucoup d’eau est utilisée (10.000 à 20.000 mètres cubes par forage), on en recycle, et on en fait venir d’ailleurs pour économiser les nappes phréatiques locales.
  • Les fluides de forage (pour remonter les débris, stabiliser le puits, lubrifier le trépan, et mettre la pression sur le gaz à récupérer) ont des compositions chimiques rendues publiques, et des efforts sont faits pour utiliser des produits biodégradables. Toutes les précautions sont prises pour minimiser leur perte dans les sous-sols.
  • Oui, la stimulation hydraulique génère des secousses sismiques. Mais elles sont de -3 à +2 sur l’échelle de Richter. Soit en dessous du seuil perceptible par l’être humain.
Le gaz de schiste : bientôt chez vous ?
Le gaz de schiste : bientôt chez vous ?

La boîte de Pandore

« Les énergies fossiles restent le marché dominant parce que rien n’a été fait pour qu’il en soit autrement. » rétorque Muriel Bodin. Le gaz de schiste n’est qu’une « mesurette » par rapport aux futurs défis énergétiques.

Défendre une « industrie française » qui créerait de l’emploi est illusoire : ces industries sont internationales, et travaillent pour les actionnaires, qui voient dans ces hydrocarbures une nouvelle source de profit.

Les États-Unis sont cités en exemple de réussite à suivre. En réalité, les rendements sont plus faibles qu’annoncés, un puits ne servant qu’entre un et cinq ans, donnant des emplois précaires. Et il faut multiplier les forages pour avoir du débit : l’exploitation coûte donc cher et prend de la place. C’est un luxe difficile pour un territoire comme la France, d’une densité de population quatre fois plus grande que les États-Unis.

Du côté environnemental, il est facile de dire que les risques sanitaires sont sous contrôle, et que peu d’incidents sont à déplorer : les pollutions souterraines sont difficiles à détecter, tout comme leurs origines. Résultat : c’est souvent la collectivité qui paie. Et l’obligation des industries de remettre le site en l’état, après exploitation, ne rassure pas plus : on sait qu’elles auront d’autres priorités.

Il faut aussi considérer le problème de l’eau : la fracture hydraulique en demande beaucoup. Et comme la facture de l’or bleue augmente, il est difficile de croire que ce gaz restera bon marché. Que ce soit en la prélevant sur place, ou en la faisant venir pas camions, l’impact est désastreux pour la population locale. Il faut aussi la recycler (non, on ne va pas vaporiser l’eau polluée, comme chez les américains), mais ça, c’est une bonne nouvelle pour les compagnies des eaux : Veolia et Suez Environnement se frottent déjà les mains !

Non, décidément, le gaz de schiste dépend trop des promesses des industriels, et Bodin en appelle au principe de précaution : « La boîte de Pandore ouverte, personne ne saura la refermer. C’est pourquoi je demande que personne ne l’ouvre. »

Des villas ? Des terrains de pétanque ? Mais non, zoomez pour voir…

Une idée à creuser ?

Comme tous les livres de cette collection, le sujet est introduit et conclu par un médiateur. Ici c’est IFP Énergies nouvelles, organisme public à l’ « expertise internationalement reconnue » , qui nous aide à mettre de l’ordre de nos idées.

« Comme toutes les questions énergétiques, la question du gaz de schiste est tiraillée entre le désir d’obtenir à bon prix une source d’énergie essentielle à notre activité économique – et donc à notre niveau de vie -, et l’inquiétude des citoyens face à ce qu’ils perçoivent comme un risque pour leur santé et pour leur environnement. »

La réussite des États-Unis ne peut pas encore être transposée à nos pays. Et leur potentiel exploitation chez nous demandera des garanties environnementales autrement plus sévères, ce qui sera déterminant sur sa rentabilité.

Sa production devra aussi être compatible avec la montée des énergies renouvelables.

Bref, que les opposants au gaz de schiste se rassurent : les décideurs ne pourront pas ignorer leurs revendications.

« Gaz de schiste : vraie ou fausse opportunité ? », 125 pages, Le Muscadier

Gaz de schiste : vraie ou fausse opportunité ?

View Results

Loading ... Loading ...

Une réflexion au sujet de « Gaz de schiste : vraie ou fausse opportunité ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *