Archives pour la catégorie Agir

J’agis, vous agissez, nous agissons : du plus petit geste au grand changement, du plus futile au plus radical, ça ne sauvera le monde que si nous sommes 7 milliard à le faire…

Une donnerie pour Jette

Je voulais que ma commune ait une donnerie virtuelle : un site web pour publier des annonces d’objets à donner. Elle n’en avait pas. Alors je l’ai créée !

Jette a sa donnerie

Un livre trop loin

Je vis à Bruxelles. Et un habitant de Liège donne un livre m’intéressant : j’ai trouvé son annonce sur un site spécialisé. Mais suis-je prêt à parcourir une centaine de kilomètres pour obtenir ce livre ? Non. Et ce liégeois voudra-t-il me l’envoyer ? Non plus : déjà qu’il le donne, ne lui en demandons pas trop !

Mais voici que livre est à donner à Bruxelles… mais de l’autre côté de la ville. Vais-je traverser la cité pour l’acquérir ? Ce n’est pas sûr.

Et si ce livre est donné dans ma commune ? Là j’accepte de marcher ou pédaler pour l’obtenir… Si en plus il est dans ma rue,  je lierai connaissance avec un voisin !

Ce raisonnement m’a conduit à la conclusion suivante : un site d’annonces d’objets à donner ne peut réussir que s’il est local, portant sur un territoire délimité. Tel qu’une commune ou un village.

Existe-t-il des communes proposant un tel site ? État des lieux…

La donnerie qui n’existait pas

Un endroit où les gens entreposent des objets à donner se nomme « donnerie » . La carte des initiatives du RCR permet de trouver les donneries de Bruxelles et de Wallonie : il s’agit principalement de pages Facebook et de listes de diffusion Agora, qui ne me satisfont pas.

Seule la donnerie d’Etterbeek répond à mes attentes : cette commune a développé un site d’annonces s’adressant à ses citoyens. Mais qui gère ce site ? Personne ne répond à ma demande d’information.  L’idée d’une collaboration avec cette donnerie tourne donc court : je n’ai plus qu’à retrousser mes manches et concrétiser ce que j’ai en tête.

Et voici comment je vois les choses…

Des cassettes VHS pour le monde entier

Visiter une donnerie, c’est comme parcourir un marché aux puces : on flâne, on cherche rarement quelque chose en particulier, mais on espère tomber sur une bonne surprise.

J’imagine donc mon site au plus simple : une page avec des annonces dans leur ordre d’arrivée (les plus récentes en tête). Pas de blabla, pas de news, pas de recherche, pas de « Bienvenue sur la donnerie de Jette » : vous arrivez, vous découvrez ce qu’on donne… vous contactez !

Mais surtout : seuls les habitants et travailleurs de la commune peuvent poster des annonces. On s’inscrit donc en choisissant la rue dans laquelle on habite ou on travaille.

Pour autant, le site ne se coupe pas du monde : n’importe qui peut consulter les annonces et contacter les donateurs. Après tout, si un liégeois est prêt à se déplacer pour mes cassettes VHS…

Tu vois, tu prends

Chemin de croix

Je commence mon entreprise en août 2017 : mon temps libre est partagé entre la programmation du site et un entraînement en vue de mon Chemin de St-Jacques de Compostelle.

Arrive septembre et j’entame mon chemin de croix… Non, en fait il y en a deux !

Car une autre idée fait… son chemin ! Je ne lancerai pas le site en mon nom : je veux le confier à la commune.

Je contacte donc mes quelques connaissances travaillant à l’administration communale. Les réactions sont enthousiastes. Mais les rouages de l’administration sont complexes (et impénétrables ?) : le chemin est plus long pour les convaincre que pour programmer le site. La décision n’arrivera qu’en janvier 2018 : oui, la commune adopte le site et le promotionnera !

Vous êtes les 1 %

C’est une belle reconnaissance pour mon travail.

Et une belle vitrine pour mon ambition : mettre le code du site à disposition des communes et quartiers qui souhaiteraient avoir leur propre donnerie virtuelle.

En ce mois de mars 2018, le site est officiellement lancé. Il est ouvert aux 52.000 jettois ainsi qu’aux travailleurs de la commune : en attirer 1 % sur le site serait fabuleux.

Soyez donc ce 1 % et inscrivez-vous sur www.donneriejette.be !

Vous n’êtes pas de la commune ? Qu’à cela ne tienne : remuez ciel et terre pour que ce site soit créé dans votre quartier. Puisque je vous le dis : ce site est à donner !

Une donnerie dans chaque commune :  le chemin est encore long…

Une donnerie virtuelle pour ma commune

View Results

Loading ... Loading ...

 

Forum Citoyen Namur

Namur ne semble pas à l’écoute de ses habitants. Un site web pour pallier ce déficit démocratique serait nécessaire : ExtraPaul vient à la rescousse !

Jean, Marcel et moi

Mais comment en suis-je venu à réaliser un site pour une ville qui n’est pas la mienne ?

Les nouvelles démocraties comptent parmi mes préoccupations. Le G1000 en est l’emblème, et une expérience que j’ai vécue de l’intérieur. Pour cette raison, et aussi comme citoyen « impliqué », j’étais invité à une table ronde organisée par les stagiaires de l’Institut Éco-Conseil, à Namur.

Pour la première fois de ma vie, je suis au centre du débat, avec deux experts dans l’implication citoyenne :

  • Jean Gréban, actif dans Tout Autre Chose, impliqué dans les Nuits Debouts de Namur.
  • Marcel Guillaume, figure militante bien connue à Namur, porte-parole du collectif pour la sauvegarde du parc Léopold.
Un débat animé
Un débat animé

Après notre débat, Marcel s’approche de moi, interpellé par mes compétences en conception de sites web : « Dis, on cherche désespérément quelqu’un pour faire le site d’un forum démocratique à Namur » .

Pas de clé sur porte

Je passe l’après-midi avec lui, rejoint par quelques membres du projet : leur demande est précise, l’équipe est volontaire, et ça me plaît.

Mais les défis sont de taille. Vous n’avez trouvé personne pour programmer ce site ? Tu m’étonnes !

En voici les principes, et je pressens qu’un système « clé sur porte » comme WordPress ne répondra pas à ces exigences :

  • le site récolte des propositions de projets de la part des citoyens. Exemple : reconvertir un lieu abandonné, améliorer la circulation dans un quartier, refuser l’implantation d’une surface commerciale ;
  • ces projets sont soumis aux votes et à l’adhésion des habitants ;
  • un projet populaire devient un forum. Cette décision est prise par l’équipe de Forum Citoyen Namur ;
  • un forum est un espace dans lequel on poste des idées autour du projet élu, et on en discute. Exemple, pour le projet de reconversion d’un lieu abandonné : il devient un parc, ou des terrains agricoles, ou un terrain de basket, etc ;
  • au final, le Forum Citoyen Namur formule une proposition, décide d’une action.

Voyez ce schéma pour plus d’explications.

Avec modération

C’est un beau challenge d’avoir toutes ces possibilités dans un site, de manière claire et attractive. S’y ajoutent en outre la publication de news, le téléchargement d’images et de documents, l’inscription des citoyens, la modération par les administrateurs, etc.

Et bien entendu, le site doit être responsive : il s’adaptera aux téléphones mobiles et tablettes.

forum-citoyen-namur-site
www.forumcitoyennamur.be

En combien temps allais-je le réaliser ? Dès la première réunion, je démarre mon chronomètre

Pour une poignée d’heures, t’as plus rien

Quelque cinquante jours plus tard, le site est prêt, et le compteur s’arrête : 150,47 heures ! Soit, jusqu’à son lancement officiel, une moyenne de trois heures par jour.

Je n’expose pas mon temps pour vanter mon dévouement ou faire valoir la valeur du site.  Car j’ai pris beaucoup de plaisir à le programmer. Et je salue l’équipe très active sur le terrain : pour le succès d’un projet, il faut en parler, et les organisateurs ne ménagent pas leurs efforts.

Mais en chiffrant le travail, je mesure mon engagement. Et je conscientise les gens qui me demandent un site web : sont-ils prêts à s’investir autant, comprennent-ils qu’un site est inutile sans une équipe pour l’animer et le populariser ?

Le site Forum Citoyen Namur est un cas d’école.

Avis aux amateurs !

Soutenir les nouvelles formes de démocratie...

View Results

Loading ... Loading ...

Lettre à Charles

Les nouvelles de Panama

Perd-t-on tout sens moral et éthique quand on devient riche ? Ou devient-on riche par ce que justement on n’a aucune de ces valeurs humaines ?

A défaut d’avoir une réponse, je me contenterai de m’indigner.

Car ce que révèlent les « Panama Papers » , publiés dans les journaux du monde entier ce lundi 4 avril 2016, nous montrent encore une fois le cynisme des gens fortunés, qu’ils soient hommes de pouvoir, dirigeants d’entreprise, sportifs ou artistes.

Certes tous les riches ne sont pas à prendre en défaut.

Peut-être.

Car même si le scandale repose sur le chiffre énorme de 11,5 millions de documents pour plus de 214 000 sociétés offshore, il ne concerne… qu’un seul cabinet d’avocats !

Alors, que faire ?

Écrire à Charles, pardi !

Mobilou à la manifestation de Tout Autre Chose
Mobilou à la manifestation de Tout Autre Chose

Envoyons un journal à Charles Michel

Pour montrer son indignation, exprimer sa rage ou évacuer ses idées noires, le mouvement Tout Autre Chose propose d’envoyer une lettre à Charles Michel, contenant un article de journal parlant des Panama Papers, éventuellement accompagné d’une lettre.

Les sceptiques diront que ça ne sert à rien, tout sera lu par un sous-fifre, voir jeté à la poubelle (la jaune j’espère !). Et qu’il serait préférable de descendre dans la rue, comme c’est déjà le cas en Islande.

Moi je dis : à chacun sa façon de protester, et écrire à Charles, ça me va bien !

J’ai donc acheté Le Soir de ce mercredi, et après sa lecture, qui n’a pas amélioré mon humeur, bien au contraire (mention spéciale pour les entourloupes de la société « durable » Durabilis), je soigne ma prose pour le premier homme du pays.

Une vraie lettre à l'ancienne, dans une enveloppe avec un timbre. Non, ce n'est pas une lettre d'amour !
Une lettre écrite à la main, dans une enveloppe avec un timbre. Non, ce n’est pas une lettre d’amour !

Ma lettre à Charles

Mr le premier ministre ;

Sans fisc, il n’y a pas d’État. Et sans État, il ne restera que la « main invisible » de l’économie pour réguler le monde. Ce en quoi je ne crois pas.

Pourtant, tous les signes sont là pour indiquer que le monde va vers une telle société, au service de l’économie et non à celui de l’Homme.

L’affaire des Panama Papers est une nouvelle preuve exaspérante que l’argent mène à des pratiques éthiquement inacceptables à défaut d’être hors la lois. Ces révélations montrent le cynisme des gens de pouvoir, et sont désespérantes dans une société déjà sous tension.

La Belgique est un petit pays, mais qui s’entend de loin. Dès lors je n’attends plus de ses dirigeants qu’ils s’indignent, discourent et prennent des mesures sans suite. Mais bien qu’ils se montrent leaders dans la chasse à l’évasion fiscale, et initiateurs d’une Europe sans complicité avec ce système.

Je considère l’évasion fiscale comme la pire menace sur notre société. Et tandis que les signes d’appauvrissement du pays sont là, je me refuse à penser « c’était mieux avant ». Mais pour combien de temps encore ?…

Paul Barbieux
Un citoyen exaspéré

Envoyons un journal à Charles Michel

View Results

Loading ... Loading ...