L’effort est un jeu

« Changez vos habitudes pour sauver la planète » est une rengaine mille fois entendue. Mais est-elle motivante ? Pas vraiment. Elle est même cynique : qu’apportent nos gestes face au bulldozer de la machine économique occupée à bâtir une montagne de dégâts environnementaux ?

Pourtant je change mes habitudes. Car je trouve mes motivations ailleurs.

Démonstration…

Balancer les bras

À mon départ en pension (supposé à 67 ans), j’aurais évité le gaspillage de quelque 13.000 serviettes essuie main. Ce bilan s’obtiendra en changeant une habitude, encore perpétuée par mes collègues : aux toilettes, on s’essuie les mains en utilisant sans compter plusieurs serviettes en papier. Trois ou quatre serviettes pour certains, jusqu’à une dizaine pour quelques rares personnes !

Et pourtant, une serviette suffirait. Voire aucune. Car :

  1. En secouant les mains, on évacue la plus grande partie de l’eau.
  2. L’humidité restante est évacuée sur le trajet du retour au bureau. À condition de marcher en balançant bien les bras !

Certes, un tel comportement mouille les poignées de porte. Et nous met dans l’embarras quand on doit serrer la main d’un collègue croisé sur le trajet. Voilà pourquoi j’ai besoin d’une, et une seule, serviette : pour sécher… la main droite !

Si tout le monde se faisait la bise, je n’aurais même pas besoin d’une serviette !

Ce petit effort est une goutte d’eau dans l’océan de serviettes jetées par des centaines de collaborateurs durant une journée. Cela en vaut la peine ?

Oui, car je suis satisfait des trois recharges de serviettes épargnées chaque année sur ma personne. J’en comptabiliserai une cinquantaine à la fin de ma carrière : n’est-ce pas réjouissant ?

Et ce changement d’habitude s’ajoute à d’autres : ne pas laisser couler l’eau en se lavant les mains, mettre l’ordinateur en « veille prolongée » avant une réunion ou la pause de midi, ne pas utiliser des feuilles vierges pour des brouillons, refuser le café s’il est servi en gobelet, etc. Au bout d’une année, toutes ces ressources économisées sont la récompense à tous ces efforts.

D’ailleurs, sont-ce vraiment des efforts ?

Gagner des joules

En fait, non. C’est un jeu.

Tous ces gestes m’amusent. C’est ma manière de faire une douce révolte, d’aller dans le sens contraire de la marche, de bousculer les habitudes héritées des Trente Glorieuses Gaspilleuses.

Je joue à gagner des joules !

Comment en gagner dans le métro ? En n’ouvrant pas la porte de la rame pour moi seul si quelqu’un en ouvre une plus loin !

Comment en gagner dans le quartier du bureau ? En restant à distance des commerces afin de ne pas déclencher l’ouverture des portes automatiques.

Comment en gagner sur mon lieu de travail ? En ne prenant pas l’ascenseur, évidemment !

L’homme qui montait à pieds

Ma motivation première est ma trajectoire descendante dans l’utilisation des ressources.

Mais j’aspire aussi à influencer mon entourage : quand je sors du métro en prenant l’escalier à côté de l’escalator, c’est en espérant que la personne derrière moi comprenne le geste. Et si je pouvais inspirer les employés de ma société, 3000 recharges seraient économisées chaque année !

Certes ce n’est pas suffisant pour sauver le monde. Mais si vous n’êtes pas d’accord avec sa marche, quittez les rangs.

Et prenez donc l’escalier…

Une seule serviette pour essuyer vos mains...

View Results

Loading ... Loading ...

Forum Citoyen Namur

Namur ne semble pas à l’écoute de ses habitants. Un site web pour pallier ce déficit démocratique serait nécessaire : ExtraPaul vient à la rescousse !

Jean, Marcel et moi

Mais comment en suis-je venu à réaliser un site pour une ville qui n’est pas la mienne ?

Les nouvelles démocraties comptent parmi mes préoccupations. Le G1000 en est l’emblème, et une expérience que j’ai vécue de l’intérieur. Pour cette raison, et aussi comme citoyen « impliqué », j’étais invité à une table ronde organisée par les stagiaires de l’Institut Éco-Conseil, à Namur.

Pour la première fois de ma vie, je suis au centre du débat, avec deux experts dans l’implication citoyenne :

  • Jean Gréban, actif dans Tout Autre Chose, impliqué dans les Nuits Debouts de Namur.
  • Marcel Guillaume, figure militante bien connue à Namur, porte-parole du collectif pour la sauvegarde du parc Léopold.
Un débat animé
Un débat animé

Après notre débat, Marcel s’approche de moi, interpellé par mes compétences en conception de sites web : « Dis, on cherche désespérément quelqu’un pour faire le site d’un forum démocratique à Namur » .

Pas de clé sur porte

Je passe l’après-midi avec lui, rejoint par quelques membres du projet : leur demande est précise, l’équipe est volontaire, et ça me plaît.

Mais les défis sont de taille. Vous n’avez trouvé personne pour programmer ce site ? Tu m’étonnes !

En voici les principes, et je pressens qu’un système « clé sur porte » comme WordPress ne répondra pas à ces exigences :

  • le site récolte des propositions de projets de la part des citoyens. Exemple : reconvertir un lieu abandonné, améliorer la circulation dans un quartier, refuser l’implantation d’une surface commerciale ;
  • ces projets sont soumis aux votes et à l’adhésion des habitants ;
  • un projet populaire devient un forum. Cette décision est prise par l’équipe de Forum Citoyen Namur ;
  • un forum est un espace dans lequel on poste des idées autour du projet élu, et on en discute. Exemple, pour le projet de reconversion d’un lieu abandonné : il devient un parc, ou des terrains agricoles, ou un terrain de basket, etc ;
  • au final, le Forum Citoyen Namur formule une proposition, décide d’une action.

Voyez ce schéma pour plus d’explications.

Avec modération

C’est un beau challenge d’avoir toutes ces possibilités dans un site, de manière claire et attractive. S’y ajoutent en outre la publication de news, le téléchargement d’images et de documents, l’inscription des citoyens, la modération par les administrateurs, etc.

Et bien entendu, le site doit être responsive : il s’adaptera aux téléphones mobiles et tablettes.

forum-citoyen-namur-site
www.forumcitoyennamur.be

En combien temps allais-je le réaliser ? Dès la première réunion, je démarre mon chronomètre

Pour une poignée d’heures, t’as plus rien

Quelque cinquante jours plus tard, le site est prêt, et le compteur s’arrête : 150,47 heures ! Soit, jusqu’à son lancement officiel, une moyenne de trois heures par jour.

Je n’expose pas mon temps pour vanter mon dévouement ou faire valoir la valeur du site.  Car j’ai pris beaucoup de plaisir à le programmer. Et je salue l’équipe très active sur le terrain : pour le succès d’un projet, il faut en parler, et les organisateurs ne ménagent pas leurs efforts.

Mais en chiffrant le travail, je mesure mon engagement. Et je conscientise les gens qui me demandent un site web : sont-ils prêts à s’investir autant, comprennent-ils qu’un site est inutile sans une équipe pour l’animer et le populariser ?

Le site Forum Citoyen Namur est un cas d’école.

Avis aux amateurs !

Soutenir les nouvelles formes de démocratie...

View Results

Loading ... Loading ...
ExtraPaul lit un livre à côté de ses ancêtres

Sapiens – une brève histoire de l’humanité

« D’où venons-nous ? », « où allons-nous ? » : ce livre répond parfaitement à ces questions. Mais ne comptez pas sur son auteur pour défendre la route empruntée par notre espèce !

Niches pour imbéciles

Attention coup de cœur ! Plaisir de lire, plaisir d’apprendre : l’historien Yuval Noah Harari aborde l’épopée du genre humain sur 512 pages qui se lisent d’une traite, faisant passer le temps aussi vite que celui de l’Homme à l’échelle géologique.

J’aurais bien voulu que mon cours d’histoire, durant mes humanités, ressemble à ça ! Et je ne suis pas le seul à le penser : ce livre est un best-seller traduit en 30 langues.

[…] tout indique que la taille du cerveau moyen des Sapiens a bel et bien diminué depuis l’époque des fourrageurs. Survivre en ce temps-là nécessitait chez chacun des facultés mentales exceptionnelles. L’avènement de l’agriculture et de l’industrie permit aux gens de compter sur les talents des autres pour survivre et ouvrit de nouvelles « niches pour imbéciles ». On allait pouvoir survivre et transmettre ses gènes ordinaires en travaillant comme porteur d’eau ou sur une chaîne de montage. (p.66)

Notre professeur d’histoire israélien a une manière plutôt rock and roll de nous raconter l’histoire du genre humain. Il porte un regard très critique sur son évolution et son avenir, s’intéressant plus au comportement particulier de ce drôle d’animal qu’aux faits historiques.

Son livre se découpe en quatre parties :

  1. la révolution cognitive ;
  2. la révolution agricole ;
  3. l’unification de l’Humanité ;
  4. la révolution scientifique.

Trois révolutions importantes infléchirent le cours de l’histoire. La Révolution cognitive donna le coup d’envoi à l’histoire voici quelque 70 000 ans. La Révolution agricole l’accéléra voici environ 12 000 ans. La Révolution scientifique, engagée voici seulement 500 ans, pourrait bien mettre fin à l’histoire et amorcer quelque chose d’entièrement différent. Ce livre raconte comment ces trois révolutions ont affecté les êtres humains et les organismes qui les accompagnent. (page 5)

En terminant ce livre, mon cerveau de sapiens a encore appris pas mal de choses. Voici ce qui m’a marqué.

ExtraPaul lit un livre à côté de ses ancêtres
L’évolution m’a amené à lire ce livre

Le poulet, grand gagnant de l’évolution

« Le poulet domestique est la volaille la plus répandue de tous les temps. » (p. 118). En matière d’évolution, c’est une success story pour cet animal, puisqu’il a réussi à reproduire son ADN partout sur la planète ! Une prodigieuse aubaine apportée par la Révolution agricole.

Mais au prix de quelle souffrance ? Tout comme le bétail, les cochons et les moutons, cette espèce n’y a rien gagné à figurer dans le top des espèces les plus répandues. Et notre historien végétalien ne mâche pas ses mots vis-à-vis de la révolution agricole qu’il qualifie de grosse arnaque de l’histoire. Car si le règne animal en souffre, l’homme aussi.

Ce décalage entre la réussite au regard de l’évolution et la souffrance individuelle est peut-être la leçon la plus importante qu’il nous faille tirer de la Révolution agricole (p.122)

Car la sédentarisation de l’homme l’a amené à moins de sécurité (tributaire de la nature pour ses récoltes), à s’inquiéter de l’avenir, à travailler plus pour assurer sa survie. Et qui en a profité, finalement ? « Jusqu’à la fin des Temps modernes, plus de 90 % des hommes étaient des paysans qui se levaient chaque matin pour cultiver la terre à la sueur de leur front. L’excédent produit nourrissait l’infime minorité de l’élite qui remplit les livres de l’histoire : rois, officiels, soldats, prêtres, artistes et penseurs. L’histoire est une chose que fort peu de gens ont faite pendant que tous les autres labouraient les champs et portaient des seaux d’eau. » (p. 129)

Les excédents alimentaires permirent à plus de gens de s’entasser dans des villages, bourgs, villes et royaumes, sans donner le temps à l’évolution de développer un instinct de collaboration, d’où l’apparition de conflits, mais aussi d’ordres imaginaires, nécessaires à assurer la cohésion de groupes d’individus d’une taille que la nature n’a jamais connue.

(c) Banksy
© Banksy

Le Lion de Peugeot

Il n’y a pas de dieux dans l’univers, pas de nations, pas d’argent, pas de droits de l’homme, ni lois ni justice hors de l’imagination commune des êtres humains. (p. 40)

La société humaine s’est fondée sur… sa faculté d’imagination ! Alors que dans des conditions naturelles un groupe de chimpanzés n’excèdera pas 50 individus, l’ordre social se déstabilisant au-delà, l’homme est capable d’organiser l’entente de plusieurs centaines de personnes au sein d’une société, de plusieurs millions dans une nation, et de plus d’un milliard autour d’une religion.

Ce sont des « fictions », des « mythes », apparues avec la révolution cognitive, qui font donc que « Sapiens peut coopérer de manière extrêmement flexible avec d’innombrables inconnus. C’est ce qui lui permet de diriger le monde pendant que les fourmis mangent nos restes et que les chimpanzés sont enfermés dans les zoos et les laboratoires de recherche. » (p. 36)

Cette faculté de coopérer fait en sorte que de grands projets naissent, et qu’une société automobile au célèbre lion utilise 200.000 personnes à travers le monde pour produire 1.500.000 véhicules par an. Ces personnes collaborent alors qu’elle ne se connaissent pas : il ne peut y avoir de relations de confiance entre elles sans la création imaginaire de Peugeot. Et si la firme est si grande aujourd’hui, c’est parce que la législation a permis de lui donner une réalité dans le monde économique, grâce à la notion de « sociétés anonymes à responsabilité limitée », évitant qu’elle disparaisse avec la mort de son fondateur.

Au cours des derniers siècles, ces sociétés sont devenues les principaux acteurs de l’arène économique, et nous nous y sommes à ce point habitués que nous oublions qu’elles n’existent que dans notre imagination. (p. 202)

Théologie, reine des sciences

Ces cinq derniers siècles ont été les plus fulgurants pour l’Humanité : la population humaine a été multipliée par 14, la production par 240 et la consommation d’énergie par 115 (p. 292). Cinq cargos pourraient embarquer le fret de toute la marine marchande d’il y a 5 siècles. À l’époque, peu de villes comptaient 100.000 habitants et pour la première fois des êtres humains faisaient le tour de la terre : ça leur coûta trois ans et demie et la perte de presque tout l’équipage.

Pourquoi pendant des siècles les connaissances ont si peu évolué, pour ne se développer que récemment ? Ce n’est pas que l’Homme ne s’intéressait pas à son univers, mais il trouvait les réponses dans la religion, par la bouche des sages, prêtres et représentants du culte qui détenaient le savoir.

La Révolution scientifique a été non pas une révolution du savoir, mais avant tout une révolution de l’ignorance. (p. 306)

Et si la réponse à une question comme « comment les araignées tissent leur toile ? » ne se trouvait pas dans les saintes Écritures, c’est qu’elle n’en valait pas la peine : Dieu le sait, et c’est suffisant pour faire tourner le monde.

C’est ainsi que dans l’Europe médiévale, la théologie était la reine des sciences, tandis que les mathématiques consistaient simplement en de l’arithmétique élémentaire et de la géométrie.

Jusqu’à la Révolution scientifique, la plupart des cultures humaines ne croyaient pas au progrès. Pour elles, l’âge d’or appartenait au passé. Le monde stagnait, voire se dégradait.(p. 310)

Cet état d’esprit changea quand la culture moderne reconnut son ignorance, comprenant que les découvertes scientifiques pouvaient donner plus de pouvoir et améliorer l’avenir.  Le fatalisme a laissé place au progrès, et des fléaux comme la maladie et la pauvreté sont maintenant considérés comme des problèmes techniques.

Oui, demain sera mieux qu'aujourd'hui !
Oui, demain sera mieux qu’aujourd’hui !

Dieux insatisfaits

L’auteur termine son livre entre espoir…

[…] ces décennies ont […] été l’ère la plus pacifique de toute l’histoire humaine – et de beaucoup. C’est d’autant plus surprenant que ces mêmes décennies ont connu plus de changements politiques, économiques et sociaux que toute autre époque.

… et interrogation philosophique, sur le bonheur (« Le regretté Neil Armstrong […] fut-il plus heureux que le chasseur-cueilleur anonyme qui, voici 30 000 ans, laissa l’empreinte de sa main sur une paroi de la grotte Chauvet ? » ), et le sens de la vie (« si les hommes [du Moyen Âge] croyaient à la promesse d’une félicité éternelle après la mort, leur vie pouvait leur paraître bien plus riche de sens et précieuse qu’aux modernes sécularisés qui n’ont d’autre espoir à long terme qu’un oubli total et vide de sens. » ).

S’il prédit la fin de l’Homo sapiens, c’est parce qu’il sera remplacé par une race supérieure, que le génie génétique est en train de préparer. Et avec elle disparaîtront sans doute les choix de société actuels : « Si nos successeurs fonctionnent bel et bien sur un niveau de conscience différent (ou, peut-être, possèdent quelque chose au-delà de la conscience que nous ne saurions même concevoir), il semble douteux que le christianisme ou l’islam les intéresse, que leur organisation sociale puisse être communiste ou capitaliste, ou que leur genre puisse être masculin ou féminin. » (p. 488)

La dernière page « épilogue » témoigne du regard sévère que porte Harari sur l’espèce humaine. C’est n’est pas tant son avenir qui l’inquiète, mais celui de notre biosphère soumise à notre emprise :

Y a-t-il rien de plus dangereux que des dieux insatisfaits et irresponsables qui ne savent pas ce qu’ils veulent ?

Je referme ce livre et le range parmi les rares qui ont bien bousculé mes idées. Si ce livre pouvait un peu aider à bousculer celles de mon espèce…

evolution-piege
© indéterminé

"[...] les humains semblent plus irresponsables que jamais." (p. 492)

View Results

Loading ... Loading ...