De l’utilité des paradis fiscaux

Que ma banque éthique, Triodos, ait recours aux paradis fiscaux, voilà une nouvelle désolante. Et pourtant, cela semble bien nécessaire…

Toutes les mêmes

Comme la plupart d’entre vous le savent, ma banque c’est Triodos, et je ne manque pas d’en faire sa publicité.

Aussi, quand l’autre jour le nouveau journal « Marianne Belgique » épingla Triodos dans la liste des banques ayant recours à l’offshore au Luxembourg, au Panama ou à l’Île Maurice, j’en fut chagriné. D’autant plus que la nouvelle me parvenait par un mail envoyé par mon épouse, qu’elle avait intitulé « Toutes les mêmes » !

La réponse de Triodos fut prompt à venir, je l’avais lue mais restais dans l’expectative. Une explication plus claire et rassurante viendra de la bouche-même des patrons de la banque, une semaine plus tard…

Questions pour des patrons

Chaque année, Triodos organise une journée en l’honneur des détenteurs de certificats, soit les personnes comme moi qui capitalisent la banque – j’y reviendrai un autre jour. Cet événement eu lieu le dernier samedi d’avril, à point nommé !

Dans un auditoire rempli de quelques centaines de personnes, Olivier Marquet (patron pour la Belgique) et Peter Blom (patron pour les Pays Bas) présentèrent les résultats et objectifs de la banque (que je résumerais par +20 % dans la plupart des domaines !), et surtout purent répondre aux nombreuses questions concernant cet OffshoreLeaks dans lequel on n’aurait pas dû voir Triodos…

Triodos
Les patrons de Triodos ne sont pas au large…

Le Luxembourg à notre service

« Amalgame » fut le maître mot de toute cette affaire, et la recherche du sensationnel a pris le pas sur une enquête en profondeur… Jusqu’à cette assemblée, je me demandais pourquoi Triodos ne se passait pas de ces systèmes offshore, et prenait un tel risque médiatique ? La réponse est simple : ces « paradis fiscaux » sont nécessaires pour investir dans des pays avec lesquels nous n’avons pas d’infrastructure financière.

Par exemple, à moins de donner de l’argent comme le font les ONG, il n’est pas possible d’investir en Inde : il faut passer par une place financière intermédiaire, qui non seulement dispose d’un réseau d’échange, mais en plus a une renommée – Triodos et de nombreuses autres banques n’ont aucune représentation mondiale.

Et un pays comme le Luxembourg offre de telles facilités – de tels services, devrais-je dire !

Nuances de gris

Ce n’est pas la première fois que j’apprends cette information : les paradis fiscaux ont une utilité. Et ça me fait mal de l’écrire ! Mais j’avais « un œuf à peler » avec de nombreux auteurs que j’ai lus, et qui prônent la disparition des paradis fiscaux : ils omettent bien de nous informer de cette donnée, par ignorance ou plus probablement parce que, quand on veut condamner quelque chose, il ne faut montrer que son « côté obscur »…

Le soir du même jour que l’assemblée de Triodos, je rencontrais justement Paul Jorion, lors de son « Spaghetti Vicomte ». Celui-ci préconisant de « Mettre hors d’état de nuire les paradis fiscaux » (« Misère de la pensée économique », p. 198), je lui expliquais ce que j’avais appris sur l’utilité des places offshore. Jorion ne m’a pas contredit…

Au café "Le Vicomte", nous refaisons le monde, avec Paul Jorion
Au café « Le Vicomte », nous refaisons le monde, avec Paul Jorion

… Mais il a émis des réserves sur la justification de Triodos à les utiliser !

Décidément, il est bien difficile de se faire une opinion. Je reste persuadé que les paradis fiscaux font plus de mal que de bien, mais je préfèrerais que l’on tire une autre leçon de mon article : tout n’est pas noir ou blanc, on est souvent dans les nuances de gris. Alors soyons plus réservés dans nos jugements, car la marge entre « informé » et « influencé » est faible…

Le monde se porterait-il mieux sans paradis fiscaux ? (répondez avec vos tripes : tant pis si on ne sait pas tout !)

View Results

Loading ... Loading ...

Vous aimerez aussi :

3 réflexions au sujet de « De l’utilité des paradis fiscaux »

  1. J’ai quelques difficultés à croire que les paradis fiscaux ont une utilité !
    Les banques d’état, la BCI, la BCE n’ont qu’à mettre en place une structure
    qui permettrait de se passer de leur intervention très mineure.
    Si on a l’ONU et de nombreuses organisations supranationales, que les gouvernements fassent preuve de créativité pour créer un organisme mondial!
    La fin ne doit pas justifier les moyens!
    phb

  2. Ta conclusion est parfaitement juste « tout n’est pas noir ou blanc, on est souvent dans les nuances de gris ». Toujours est-il que malheureusement ceux qui ont le pouvoir de l’information vont de plus en plus vers de « l’info spectacle » qui ne laisse aucune place à la nuance. Mettre de la nuance c’est diminuer l’impact…

    Avec l’expansion d’Internet on assiste à une vraie course à cette information plus spectaculaire qu’autre chose et on ne parle plus du fond des choses. Même ceux qui se targuent de produire une information d’investigation se limitent en fait bien souvent à aller là où il y a de l’audience.

    HS : Châpeau pour ton blog, je découvre (entre autres) grâce à toi une banque que je connaissais pas !

  3. Je partage l’avis de Philippe, publié le 10 mai dernier. On pourrait aussi se poser la question de la nécessité pour Triodos d’occuper une position en bourse, ce qui est spéculatif. Je pencherais volontiers pour une cohérence plus affirmée en qualité de banque durable alternative. J’espère que la New B coopérative qui s’annonce regardera ces aspects avec une ferme cohérence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *