Archives du mot-clé écologie

Allons au Repair Café

Quel est le café où l’on va avec son grille-pain sous le bras, s’il est cassé ? Au Repair Café, pardi !

Belgique, pays des cafés

Le Repair Café « est un temps ou un moment dédié à la réparation d’objets et organisé à un niveau local, entre des personnes qui habitent ou fréquentent un même endroit (un quartier ou un village, par exemple) » (WikiPedia). Inventé chez nos voisins hollandais en 2009, c’est une réponse au gaspillage et à l’obsolescence programmée.

Cette initiative citoyenne a maintenant dépassé les frontières de nos voisins : il y en a quelques 700 dans le monde, concentrés principalement en Hollande, en Belgique et en Allemagne. En fait, c’est un mouvement qu’on ne trouve que dans les pays occidentaux, les autres pays ayant gardé l’habitude de la réparation plutôt que de jeter : on n’a rien à leur apprendre !

Jeter mon grille-pain ? Pas question !
Jeter mon grille-pain ? Pas question !

Sur notre territoire, on peut être fier d’avoir une petite centaine de Repair Cafés. Dont un dans ma commune. Décidément, Jette nous gâte en matière d’initiative citoyenne.

Je n’attendais qu’un motif pour vivre cette nouvelle expérience citoyenne, et c’est mon grille-pain qui m’offre le ticket d’entrée. Il fait sauter le disjoncteur : c’est grave, docteur ?

Numéro 13 : un porte-bonheur ?

Un Repair Café est organisé chaque mois au sein de chaque commune. Je consulte le calendrier sur le site officiel Belgique pour savoir quand et où aura lieu le prochain rendez-vous : c’est le 4ème dimanche du mois, entre 15 et 17 heures, dans une salle bien connue des Jettois pour ses activités culturelles et associatives.

Me voilà sur place, mon grille-pain sous le bras. Je suis accueilli par une dame qui voit en moi les signes d’une « première fois ». Elle m’explique donc que je dois :

  1. lire le règlement (en gros : il ne faut pas poursuivre le réparateur si son intervention échoue) ;
  2. indiquer sur un document : nom, type d’appareil, explication de la panne, signature pour approuver le règlement et, pour la fin, le succès de l’intervention ;
  3. attendre mon tour : aujourd’hui, c’est calme, me rassure la dame, car la dernière fois il y avait une cinquantaine de demandes. D’ailleurs il vaut mieux venir dès l’ouverture.

J’ai le numéro 13 : je ne devrais pas attendre trop longtemps.

Dans la résistance

Je m’installe, une bière à la main, et observe toute cette activité bon enfant.

Il y a quatre réparateurs, tous déjà bien occupés sur un échantillon varié d’objets de notre vie moderne : un tourne-disque qui ne tourne plus, un micro-ondes qui n’émet plus de bonnes ondes, un vélo qui ne file plus droit, et un ordinateur capricieux.

Mais il y a aussi des couturières. Car les vêtements ont aussi droit à des mains expertes.

Du vélo à l'ordinateur en passant par le grille-pain : tout se répare
Du vélo à l’ordinateur en passant par le grille-pain : tout se répare

Voilà, c’est mon tour.

Je m’installe en face du technicien qui semble spécialisé dans l’électro-ménager (il n’est pas rare de devoir passer son tour, en attente du réparateur le plus qualifié pour son problème). Mais n’allez pas croire que c’est son domaine : notre homme est programmeur d’automates. Il a rejoint le Repair Café il y a quelques mois, et estime réussir 75 % de ses interventions.

Je suis confiant, me disant qu’un objet aussi simple qu’un grille-pains ne doit pas poser de problème. Hélas, après 10 minutes de manipulations, le verdict tombe : la résistance est cassée. Irréparable. Du moins avec les moyens ici.

Engagez-vous

C’est donc un échec. Mais que cela ne décourage pas de revenir. En fait, les Repair Cafés ont un taux de réussite de 60 %.

En partant, je remets ma feuille cochée « non réparé ».

Et je glisse un petit billet dans la caisse : tous ces bénévoles le méritent bien.

Et qui sait si un jour vous n’en ferez pas partie ? Vous ne seriez pas un peu bricoleur, par hasard ? Si oui, faites profiter le Repair Café de votre quartier. Voilà un activité du dimanche très gratifiante !

Ce grille pain fait partie des 40%
Les Repair Cafés ont besoin de vous

Les Repair Cafés...

View Results

Loading ... Loading ...

Là où le Père Noël ne s’est pas arrêté

Je vous l’écrivais début 2014 : « on regardera dans Googlemap quelques régions vraiment affligeantes » . Maintenant que les fêtes sont finies et que le Père Noël est rentré au garage, celui-ci m’a confié avoir survolé quelques régions pas jolies, jolies.

Je vous invite donc à en découvrir trois. Ce sont des vues Googlemap, utilisez votre souris pour déplacer la carte et zoomer pour les détails.

La croisière ne s’amuse plus

Que deviennent nos paquebots, nos porte-conteneurs et autres géants des mers qui servent notre civilisation d’homme moderne ? Ils vont à Alang, en Inde.

Comme pour nos déchets électroniques, ce sont les pays pauvres qui accueillent nos navires, où ils peuvent être démantelés sans se soucier de la pollution et de l’impact sanitaire des déchets toxiques.

Sur une plage de 11 kilomètres, ce sont des dizaines de milliers d’ouvriers qui désossent nos épaves, pour 1,1 à 2,8 euros par jour.

Voilà bien un endroit où il ne fait pas bon vivre. Et pour lequel Streetview ne risque pas de passer !

Welcome to the jungle

Bienvenue dans « la jungle », un lieu où quelques sauvages vivent de plus en plus nombreux, laissés-pour-compte d’une société qui creuse les inégalités.

Où est-ce donc ? En Amérique latine ? En Afrique ? En Chine ?

Non. Nous sommes dans la région la plus riche des États-Unis : la Silicon Valley. C’est là que l’on trouve le plus grand campement de sans-abri du continent.

Voici la vue satellite de Coyote Creek, où vivent des SDF. On peut y deviner quelques campements, sauf si vous zoomez. Car alors, on passe à une photo prise à un autre moment : après un « nettoyage » de la zone.

Où sont-ils alors passés ? Peut-être aux douches publiques, juste à côté de la villa de Larry Page, cofondateur de Google et 17e homme le plus riche du monde ?

La mer de plastique

Nous sommes à Alméria, en Espagne. Une région que l’on la surnomme « le jardin de l’Europe », car elle inonde nos pays de fruits, principalement l’hiver.

Mais à quel prix ? Tout ce blanc que vous voyez, ce sont les serres, construites dans une région aride. Il s’agit d’agriculture intensive, avec tout son cortège de laideur et de souffrance. Car en plus d’assécher les nappes phréatiques et de polluer la région, 80.000 personnes, souvent des illégaux, y sont exploités comme des esclaves.

Alors quand vous achetez des fruits et légumes « Made in Spain », pensez à Alméria.

Mes meilleurs vœux ?

Après le survol de ces lieux déplorables, vous souhaiter « mes meilleurs vœux » pour cette nouvelle année me parait aussi incongru que de dire « bon appétit » avant d’attaquer son repas. Comme si nous avions besoin de cela pour commencer une année durant laquelle, pour la plupart d’entre nous, nous ne manquerons de rien !

Je préfère vous souhaiter une année 2015 pleine de bonnes résolutions, d’actes responsables et de pensées positives.

Gestes écologiques, nourriture bio, commerce équitable, etc

View Results

Loading ... Loading ...

Climat : et si la terre s’en sortait toute seule ?

Et si l’homme n’était pas le principal responsable du réchauffement planétaire ? Voici un livre qui fait front à l’idéologie écologique (pour reprendre les termes de l’auteur).

Paroles d’un écologue

Laurent Cabrol, vous connaissez peut-être son visage ou sa voix : journaliste , animateur, et surtout monsieur météo sur France 2 de 1987 à 1992. C’est cette fonction qui lui donne une certaine légitimité pour avoir écrit ce livre « à contre-courant » (dixit la couverture).

« Et si la terre pouvait s’accommoder de nos excès ? Et si la nature possédait des ressources insoupçonnées pour digérer nos folies et générer des contre-feux ? » (p. 8)

Et si nous arrêtions de nous culpabiliser sur notre mode de vie ? Si nous vivions pleinement notre monde moderne ? Voilà le message sous-entendu par l’auteur.

D’ailleurs il se définit comme un « écologue », plus scientifique et moins vindicatif qu’un écologiste : « […] gardons-nous des conclusions hâtives : les calculs d’aujourd’hui sont peut-être les erreurs de demain. » (p. 71)

Du supportable à l’apocalypse

« Je ne conteste pas ce réchauffement, je fus même l’un des premiers à l’inclure dans mes propos météorologiques. Mais je réfute que l’on accuse l’homme de tous les maux sans tenir compte de la variabilité naturelle du climat et de l’approximation des recherches. » (p. 111)

Concernant la variabilité, l’auteur nous dit que « la terre en a vu d’autres » . L’histoire de l’homme est émaillés de froids extrêmes, de canicules, d’inondations et de tempêtes. Il a connu le petit âge glaciaire entre 1550 et 1850 et est entré maintenant dans « une période de réchauffement global mais avec des excès qui sont, fort heureusement, pour l’instant, supportables. » (p. 95)

Quant à l’approximation des recherches, l’auteur en veut principalement au GIEC, évidemment. Ces scientifiques, en plus de négliger les hauts et les bas de notre histoire météorologique, ne peuvent se reposer que sur des sciences trop immatures pour appréhender le climat. Leurs conclusions sont donc approximatives et discutables, voire fausses.

« Je rappelle que le GIEC, dans son dernier rapport de synthèse (novembre 2007), avance une estimation de + 1,6 à + 6,4 °C d’ici à 2100. Quelle fourchette ! En fait, on passerait du supportable à l’apocalypse ! » (p.36)

"La Terre en a vu d'autres !"
« La Terre en a vu d’autres ! »

La faute au soleil ?

Voici quelques points que Cabrol considère comme mal compris, voire ignorés, par le « fameux consensus » :

  • La nature des nuages explique en partie les différences de température sur notre planète. Mais « On ne sait rien sur le rôle des nuages et ils sont l’une des clés essentielles du réchauffement. La Terre peut donc nous surprendre et réagir à sa manière pour s’en sortir toute seule. » (p. 57)
  • L’océan est une grosse machine thermique (thermohaline), dont les effets de bord s’étalent sur des dizaines d’années : « est-ce que le climat qui est le nôtre aujourd’hui a été déterminé, il y a quelques siècles, dans un autre coin du globe ? » (p. 32)
  • On ne connait pas encore le fonctionnement de El Niño, ce courant d’air soufflant dans le Pacifique entre l’Indonésie et le Pérou. Il s’inverse régulièrement, influençant la météo dans le même sens. Ce phénomène est inexpliqué et « donne une nouvelle preuve que, en matière de climat, la complexité est immense et les mystères encore nombreux. » (p. 40)
  • La banquise et les glaciers fondent, c’est une évidence. Mais la Terre a déjà connu ces phénomènes : « nous sommes entrés dans une période de changement climatique naturel comme il en existe des dizaines dans l’histoire géologique de la terre, une histoire qui date de 4,5 milliards d’années. » (p. 65)
  • Certaines études disent que le Soleil serait dans une phase ascendante de chaleur : « Et si, en chauffant plus, le Soleil était en fait le principal responsable de la poussée de CO2 dans l’atmosphère ? » (p. 75)

On se moque de nous

Le réchauffement climatique est décidément un sujet polémique. Même s’il existe un consensus pointant du doigt les activités de l’homme, ne restons pas sourds aux voix qui contestent la pensée unique : « Si nous pensons tous la même chose, c’est que nous ne pensons plus rien… » (p. 101)

Mais cette voix-ci est-elle crédible ?

Quand l’auteur nous parle d’une Belgique qui perd 10 % de sa population… au XIVe siècle !, on peut supposer que les raccourcis sont nombreux dans ce petit livre qui survole des domaines scientifiques faisant l’objet de milliers de pages du GIEC et d’autres publications. Je vous invite d’ailleurs à voir comment Cabrol se défend face à Yves Cochet, fondateur des Verts.

En tout cas, n’attendons pas de notre homme, qui a aussi été animateur des Chiffres et des Lettres et du Téléshopping, une mise en cause de notre mode de vie. Qu’il qualifie de « coup d’État masqué » la perte de 1.500 places de parking, à Paris, au bénéfice des emplacement Vélib’, en dit long sur ses valeurs, assez éloignées des miennes…

Et quand la Belgique sera à moitié sous eau, on se dira que la Terre s’en sortira bien toute seule. Quant à l’homme…

« Climat : et si la Terre s’en sortait toute seule ? », Laurent Cabrol, 123 pages, J’ai Lu.

Laurent Cabrol, comme Claude Allègre, Michael Crichton, Bjorn Lomborg, sont sceptiques sur l'origine anthropique du réchauffement climatique

View Results

Loading ... Loading ...